Qu’elle semble déjà loin cette fin d’été prometteuse où la sélection emmenée par Age Hareide avait aligné une large victoire (5-0) en amical face au très modeste Liechtenstein puis un court succès (1-0) en ouverture des éliminatoires de la plus prestigieuses des compétitions au monde. Mais voilà la faible opposition de ces deux adversaires (aucun points marqués pour les deux sélections lors des 3 premières journées) nous a offert un espoir en trompe l’œil.

Danmark tager imod Montenegro i Parken i VM kvalifikationen d. 11 oktober 2016. Viktor Fischer og Peter Ankersen. (Foto: Ólafur Steinar Gestsson/Scanpix 2016)

L’automne est arrivé et les rêves d’évoluer sur les pelouses Russes en 2018 et d’y découvrir les stades flambants neufs, comme celui de Krasnodar inauguré la semaine passée, se sont peut être définitivement envolés. En cause une première mi-temps complètement ratée en Pologne et un long siège stérile de 90 minutes au cours de la rencontre à domicile face au Monténégro.

Samedi dans le stade Narodowy de Varsovie, qui a accueilli le match d’ouverture de l’Euro 2012 et la finale de l’Europa League 2015, le Danemark a complètement craqué en première période et cela ne pardonne pas lorsqu’en face on trouve un joueur de la qualité de Robert Lewandowski. Le Bavarois, peu en réussite lors de ces précédents matchs avec le Bayern, a retrouvé le chemin des filets un inscrivant un triplé. La Pologne profite d’une équipe danoise qui ne maîtrise pas encore la tactique en 3-5-2 qu’a apporté le technicien Norvégien, résultat les hommes de Nawalka mène tranquillement 3-0 à la 47′, le grand Robert a frappé par trois fois : d’abord à la 20′ en coupant un centre du Rennais Kamil Grosicki puis sur un penalty à la 36′ consécutif à une faute de Kjaer et enfin sur une longue chevauchée en tout début de seconde période où il laissa toute la défense nordique aux aboies. Un but contre son camp du Monégasque Glik va remettre cependant les Danois en selle bien aidé aussi par la rentrée dynamique de Yussuf Poulsen, qui prend la place de Nicolai Jorgensen transparent en attaque, et un retour au 4-4-2 lorsque Pione Sisto. Le Danemark a même cru à un improbable come-back quand Yussuf Poulsen (70′) ramène les siens à 3-2 mais l’écart de 3 buts était trop grand à combler. Ce résultat, combiné aux succès de la Roumanie et du Montenegro, obligeait donc les Danois à s’imposer au Telia Parken contre les joueurs des Balkans.

Mardi soir dans un Telia Parken qui n’avait pas fait le plein, le Danemark n’avait qu’un seul objectif : les trois points. Cependant la rencontre ne va pas accoucher du résultat attendu. Avec un 3-5-2 reconduit mais trois changements dans l’équipe de départ (Yussuf Poulsen, Thomas Delaney et Mathias « Zanka » Jorgensen prenant la place respectivement de Nicolai Jorgensen, William Kvist et Jannick Vestergaard) les coéquipiers de Simon Kjaer se sont montrés trop empruntés, coupable de nombreuses fautes, signe d’une nervosité apparente, et d’un manque de réalisme criant dans les deux surfaces de réparations. Le Monténégro lui n’a pas montré grand chose, une seule action dangereuse à la 20′ quand Jovetic lance Beciraj qui, d’un geste acrobatique que Zlatan Ibrahimovic n’aurait pas renié, trompe Schmeichel. A partir de là le Danemark va courir après le score sans jamais pouvoir y revenir, Eriksen par quelques frappes lointaines et un coup-franc en lucarne, Poulsen plein d’envie mais maladroit, Fischer qui tombe dans les provocations monténégrines, les Danois ne maîtrisent pas leur sujet et les entrées en jeu de Sisto et Nicolai Jorgensen n’y changeront rien. Le Danemark s’incline une seconde fois en 3 jours et se retrouve en quatrième position de la poule à 4 unités des leaders polonais et monténégrins, un gouffre qui sera difficile à combler pour rallier Moscou.

Pologne-Danemark (3-2) 

Stade Narodowy (Varsovie)

Buts: Lewandowski (20′, 36′ pen, 47′) / Glik (csc 49′), Poulsen 69′

Danemark-Monténégro (0-1)

Telia Parken (Copenhague)

But : Beciraj (31′)

 


Image à la Une: ©Scanpix/Ólafur Steinar Gestsson

Laisser un commentaire