p-Ze-cYm6ywRrW4FgDZRdj9qJHQzEglRadz-h9_P2Bw-702x336

Septième épisode de Gloire aux Vikings, et retour en Suède. Zlatan Ibrahimovic n’est pas le seul attaquant suédois de renom à être passé par les Pays-Bas et le FC Barcelone. Son prédécesseur a joué à Helsinborgs, le Feyenoord Rotterdam, le Celtic Glasgow, le FC Barcelone et Manchester United. Comme vous l’avez deviné, c’est une légende des Hoops dont on retracera la carrière aujourd’hui, j’ai nommé Henrik Larsson.

Henrik Larsson naît en 1971 à Helsinborg. Il commence le football à l’âge de six ans à Högaborg, où il commencera sa carrière semi-professionnelle à l’âge de dix-sept ans. A vingt-et-un ans, il quitte le club de ses débuts, auréolé de vingt-trois buts en soixante-quatorze matches, pour rejoindre Helsinborgs en deuxième division suédoise. Lors de sa première saison pour l’équipe de sa ville natale, Henrik marquera trente-quatre buts en 31 matches en D2, permettant à son équipe de rejoindre la première division, avant d’en marquer seize pour sa première saison dans une première division professionnelle, où Helsinborgs terminera en milieu de tableau. La saison suivante, il signe pour le Feyenoord où il passera quatre saisons. Malgré des statistiques intéressantes (2 buts en 149 matches pour le club hollandais), le passage aux Pays-Bas du buteur suédois restera assez mitigé, car il ne jouera que très rarement les matches dans leur totalité, même en étant très performant. Après ces quatre saisons, il signa pour le Celtic Glasgow, où il connaîtrait la meilleure période de sa carrière.

L’idole du Celtic Park

S’il y a bien une chose que l’on ne peut pas reprocher au football écossais, c’est bien la ferveur de ses publics. Le Celtic Park est depuis longtemps une des meilleurs ambiances d’Europe, et elle trouva, entre 1997 et 2004, une idole à célébrer. Henrik Larsson rejoint le club écossais pour 650,000 livres sterling, mais si beaucoup l’ont oublié, ses débuts n’ont pas du tout été à la hauteur de son talent. Lors de son premier match, il perdit la balle au milieu de terrain, provoquant la défaite du Celtic face à Hibernian, avant d’inscrire un but contre son camp pour son premier match européen. Malgré tout, il réussira à terminer meilleur buteur du club toutes compétitions confondues, grâce à dix-huit buts au compteur. Larsson ouvrira le score lors de la dernière journée, mettant fin à neuf ans de disette et offrant le titre de champion à son club, après avoir marqué lors de la victoire en Coupe de la Ligue.

La saison suivante, il inscrira 38 buts toutes compétitions confondues, en faisant le meilleur buteur du Celtic et d’Ecosse, mais aussi de toute l’Europe. Cependant, ce sont les Rangers qui termineront à la première place cette saison là, principalement grâce à leur victoire en fin de saison sur leurs ennemis du Celtic. A l’époque, dans ce championnat à dix (aujourd’hui, le championnat se joue à douze), les équipes se rencontrent chacune quatre fois. Sur les quatre Old Firm de la saison, Larsson marquera trois fois, dont un doublé lors de la cinglante victoire des Hoops face aux Rangers. En 1999-2000, Larsson subira une grave blessure face à Lyon en Coupe de l’UEFA qui réduira considérablement sa saison (seulement 9 matches de championnat).

En 2000-2001, le Suédois accomplira sa meilleure saison sur le plan individuel. 35 buts en 37 matches de championnat, 9 buts en Coupe de la Ligue et 5 en Coupe d’Ecosse, deux compétitions remportées par le club, 4 buts en 4 matches de C1 et 6 buts avec l’Equipe nationale de Suède. Les Hoops réussirent cette année-là le triplé sur la scène nationale, et beaucoup étaient d’accord pour dire qu’Henrik Larsson était l’un des meilleurs attaquants du monde, si ce n’est le meilleur. Il fut d’ailleurs désigné soulier d’Or, devant Gabriel Batistuta notamment. La saison suivante, les Celtics seront une nouvelle fois champion, et son sérial buteur inscrira à nouveau une bagatelle de buts (au nombre de 29).

La meilleure saison sur le plan européen du Celtic durant le passage du Suédois reste la saison 2002-2003 mais aussi une des plus décevantes. Malgré 43 buts de sa star suédoise, les Hoops connaîtront une saison blanche, parmi les plus frustrantes de l’histoire. Le Celtic inscrira  97 points en championnat, en 38 matches, soit autant que… les Rangers. Pire, ce sont les Rangers qui seront désignés champions, la faute à une différence de buts favorables. D’un petit but. +72 pour Celtic, +73 pour les Rangers. Cette saison là, les coéquipiers de Larsson parviendront jusqu’en finale de Coupe de l’UEFA pour être battu, en toute fin de prolongations, par le FC Porto. Avant cela, le Celtic avait éliminé Suduva, Blackburn, le Celta Vigo, Stuttgart, Liverpool et Boavista.  Dans la foulée de chacun des buts de Porto, Larsson égalisera pour les Hoops mais ne pourra rien quand Derlei marque le but de la victoire, à la 115e minute. Le Brésilien terminera meilleur buteur de la compétition, juste devant Larsson, onze buts en 887 minutes de jeu. Pour sa dernière saison sous le maillot mythique blanc et vert, il inscrira 30 buts en championnat, gagnant de nouveau la Coupe d’Ecosse et le championnat. Il quitta l’Ecosse après 242 buts et 315 matches, et fut élu dans la meilleure équipe de l’histoire du club.

Barcelone, un grand club pour un grand buteur

En fin de contrat et âgé de 33 ans, Henrik Larsson rejoint le club blaugrana, dont l’attaque est composé de Ronaldinho, Eto’o ou encore Giuly. Lors de ses deux saisons en Espagne, il jouera un peu plus de cinquante matches, marquant une vingtaine de buts. Son impact ne fut pas exceptionnel, mais il fut décisif dans un match d’une importance capitale. Lors de la finale de la Ligue des Champions face à Arsenal, le Suédois entra en jeu et fut décisif sur les deux buts blaugranas. Thierry Henry fit d’ailleurs remarquer, après le match, que le Suédois avait été le game-changer de cette finale, et qu’il fallait lui rendre hommage pour cela.

Fin de carrière à la maison

Malgré une offre de prolongation au FC Barcelone, le suédois décida de rentrer au pays, chez lui, à Helsinborg. En quatre saisons (coupées par un court prêt à Manchester United), il inscrira plus de soixante buts pour son premier club, pour lequel il gagnera une Coupe de Suède. Il annonca sa fin de carrière en octobre 2009, avant de jouer son tout dernier match la saison suivante.

Buteur made in Sweden

Si l’on parle beaucoup aujourd’hui de Zlatan Ibrahimovic, beaucoup oublient que le géant du Paris Saint-Germain est issu d’une longue lignée de grands attaquants suédois. Dans les années 40 et 50, Gunnar Nordahl fut l’un des meilleurs attaquants du continent, et fut cinq fois meilleur buteur du championnat italien avec le Milan AC. Et il y a évidemment Henrik Larsson, dont la carrière fut longue de 873 matches, et bien évidemment, d’un nombre spectaculaire de buts, 468 sous les maillots de clubs et de la sélection nationale.

En 1994, Larsson joua sa première grande compétition avec la Coupe du Monde aux Etats-Unis, où il sera décisif à plusieurs reprises et inscrira même son premier but en équipe nationale, lors de match pour la troisième place. La Suède manquera les deux compétitions suivantes, mais refera surface pour l’Euro 2000, où Larsson marqua à une reprise, avant de marquer deux buts à la Coupe du Monde 2002. Après avoir pris sa retraite internationale, il décida d’en sortir pour jouer l’Euro 2004, formant une attaque de choc avec Ibrahimovic. Il inscrira trois buts, alors que la Suède ira jusque les quarts de finale. Il participera par la suite à la Coupe du Monde en Allemagne (1 but) et à l’Euro 2008, mais les performances de la Suède y furent décevantes. Il arrêta définitivement sa carrière en 2009, après avoir été à plusieurs reprises capitaine de la sélection.

Un coach en devenir

Actuellement, l’ancienne idole du Celtic Park est l’entraîneur de son tout premier club, Helsinborgs. Son équipe se classe actuellement en sixième position du championnat suédois, avec 10 points en six matches. Nul doute que l’aura du suédois et son immense carrière ne lui permettra d’avoir une chance, plus tard, dans un des grands championnats. Et pourquoi pas au Celtic ? Ce serait beau, à n’en pas douter.

Statistiques

1988–1992 Högaborgs BK 64 matches, 23 buts

1992–1993 Helsingborgs IF 56 matches, 50 buts

1993–1997 Feyenoord 101 matches, 26 buts

1997–2004 Celtic 221 matches, 174 buts

2004–2006 Barcelona 40 matches, 13 buts

2006–2009 Helsingborgs IF 84 matches, 38 buts

2007 Manchester United (en prêt) 7 matches, 1 but

2012 Råå IF 1 match

2013 Högaborgs BK 2 matches

Equipe Nationale – 106 matches, 37 buts

Palmarés

Feyenoord Rotterdam

2 Coupes des Pays-Bas (1994, 1995)

Celtic Glasgow

Coupe de la Ligue (1998, 2001)

Coupe d’Ecosse (2001, 2004)

Championnat d’Ecosse (1998, 2001, 2002, 2004)

FC Barcelone

Championnat d’Espagne (2005, 2006)

Ligue des Champions (2006)

Manchester United

Championnat d’Angleterre (2007)

Laisser un commentaire