Pour le deuxième épisode de la série, retraçant les parcours des plus grands joueurs scandinaves de l’histoire du football, nous sortirons de l’Union Européenne pour parler d’un joueur des plus fidèles, malgré un statut de supersub durant une grande partie de sa carrière. Un spécialiste du Fergie Time, tout droit venu de Norvège. Nous retraçons le parcours d’Ole Gunnar Solskjaer aujourd’hui.

120921092639-solskjaer-manchester-united-1999-horizontal-large-gallery

Solskjaer débuta sa carrière à Clausenengen, situé dans la ville de Kristiansund, dans l’ouest norvégien. Durant ses cinq ans dans le club de sa ville natale, il réussit à inscrire plus d’un but par match, une performance digne des Ronaldo et Messi. Lors de la saison 1994, en deuxième division, il inscrit même 31 des 47 buts de son équipe, participant ainsi activement au maintien. La saison suivante, il rejoint Molde, en première division. Auteur de 31 buts en 38 matches, pour sa première saison dans l’élite, l’attaquant de 23 ans attise les convoitises de bon nombre de clubs européens, parmi lesquels Manchester City, Everton et Hambourg, avant que l’offre de Man United (d’environ 2 millions d’euros) ne mette tout le monde d’accord.

Alors qu’il était considéré comme un second couteau à son arrivée, et n’était destiné qu’à relayer Cantona et Andy Cole lors des matches sans enjeux, le Norvégien se révélera rapidement d’une importance capitale pour le club entraîné par sir Alex Ferguson. Auteur de 18 buts, le numéro 20 dans le dos, qu’il gardera tout au long de sa carrière à Old Trafford, il terminera troisième meilleur buteur du championnat et United sera sacré champion à la fin de la saison, aux côtés de Schmeichel, Beckham ou encore Ryan Giggs. L’année suivante sera beaucoup plus mitigée pour le supersub, qui n’inscrira que 9 petits buts, dont 6 en championnat. Malgré une défense de fer, les Mancuniens terminent à un point d’Arsenal, et ne remportent aucun titre. Manchester accepte une offre de Tottenham pour Solskjaer, mais celui-ci décide de rester.

Une année magnifique

La saison 1998-1999 restera probablement la plus marquante du « Baby-Faced Assassin » (l’Assassin au visage de bébé) comme le surnommaient les médias britanniques. Le 6 février 1999, il signe un quadruplé, entre la 80e et la fin du match, alors qu’il avait fait son entrée à la 72e minute ! Il détient ainsi le record du plus grand nombre de buts inscrits par un remplaçant en Premier League. Cependant, malgré ce coup d’éclat, c’est la finale de la Ligue des Champions qui a le plus marqué les esprits lors de la carrière du Norvégien. Après l’ouverture du score à la sixième minute de Mario Basler, les Anglais courent après le score durant la totalité du match. L’espoir semble perdu, jusqu’à ce que le Fergie Time ne fasse son effet. Après l’égalisation de Teddy Sheringham (entrée à l’heure de jeu) à la 91e minute, les Bavarois boivent le calice jusqu’à la lie. Entré 10 minutes plus tôt, Ole Gunnar surgit devant le gardien pour la mettre au fond. Et dire qu’il a failli partir quelques mois plus tôt ! ManU fait le triplé, et Ole Gunnar est célébré. Son expulsion face à Newcastle, où il s’est sacrifié pour empêcher Robert Lee de marquer, et garder United dans la course au titre, reste un symbole de l’amour du club du Norvégien.

MANCHESTER - NOVEMBER 23: Ole Gunnar Solskjaer of Manchester United celebrates the 5th goal during the Manchester United v Newcastle United FA Barclaycard Premiership match at Old Trafford on November 23, 2002 in Manchester, England. (Photo by Gary M. Prior/Getty Images) The match ended 5-3 to Manchester United.

Lors des saisons suivantes, il réussira toujours à inscrire une dizaine de buts, malgré un temps de jeu limité et un statut de supersub qui lui collera à la peau. Entre 2003 et 2007, il ne participera malheureusement qu’à une cinquantaine de matches, la faute à des soucis récurrents à un genou. Plus en mesure de tenir sa place, il décidera de mettre un terme à sa carrière le 27 août 2007, à l’âge de 34 ans. 69000 fans assisteront à son jubilé à Old Trafford, ce qui reste l’une des plus grosses affluences pour ce type d’affiche.

Une légende norvégienne

La carrière internationale d’Ole Gunnar Solksjaer aura ainsi duré 12 ans, entre 1995 et 2007. Durant cette période, il inscrira 23 buts en 67 matches. De plus, il participera à la Coupe du Monde 1998 ainsi qu’à l’Euro 2000. Avec Tore André Flo, il forma une des paires les plus efficaces de l’histoire de l’équipe norvégienne de football. Il est, à ce jour, le cinquième meilleur buteur de l’histoire de l’équipe nationale, le deuxième de l’époque moderne (derrière John Carew, 24 buts).

Un coach en devenir

Après une première expérience d’entraîneur, à la tête de l’équipe réserve de Manchester United, Ole Gunnar Solskjaer retourne au pays, où il signe 4 ans avec Molde, le club avec lequel il avait découvert l’élite norvégienne. Lors de ses deux premières saisons en tant que coach en première division, il remporte deux fois la Tippeligaen. L’année suivante, il ne finit que sixième, mais remporte la Coupe de Norvège. En 2014, il reprend à mi-saison le club de Cardiff, mal embarqué en Premier League. Cette signature marque son retour en Angleterre, où il a passé les meilleures années de sa carrière. Malheureusement, il ne réussit pas à sauver le club gallois, et il est débarqué après seulement quelques matches de Championship. En octobre 2015, il revient à Molde. En Europa League, son équipe réussit à finir première de groupe, devant Fenerbahce, l’Ajax et le Celtic. Ils sont éliminés par Séville, double tenant du titre en seizièmes de finale.

Cardiff-City-v-Middlesbrough-Sky-Bet-Championship

Statistiques

1990 à 1995, Clausenengen :109 apparitions (115 buts)

1995 à 1996, Molde FK : 42 apparitions (33 buts)

1996 à 2007, Manchester United : 366 apparitions (126 buts)

Equipe nationale, 1995-2007 : 67 apparitions (23 buts)

Palmarès:

Manchester United :

Premier League : 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007

FA Cup : 1999, 2004

Molde (manager) :

Tippeligaen : 2011, 2012

Coupe de Norvège : 2013

Laisser un commentaire