Aujourd’hui nous vous proposons de partir au Danemark, dans la région de Copenhague et plus précisément à Farum pour découvrir un poste assez méconnu du grand public et pourtant si important. Pour devenir un bon gardien de but comme pour devenir un bon joueur de champ, il faut s’entraîner et travailler dur.
Nous sommes donc entrés en contact avec Iñaki Caña, entraîneur des gardiens du FC Nordsjaelland pour parler de sa carrière, de sa philosophie, du football danois et de son poste.

(english version below)

Carrière et expériences personnelles :

Pour commencer, pouvez-vous nous parler un peu de votre carrière? Comment êtes-vous devenu entraîneur des gardiens?

Ayant été gardien de but, j’ai toujours été en lien avec ce poste. Cependant, à mon époque le poste d’entraîneur des gardiens n’existait pas. On participait au même entraînement que nos coéquipiers, en faisant des exercices qui n’avaient aucun sens et avant un match, on demandait juste au gardien de s’échauffer et de se préparer pour que le reste de l’équipe puisse faire des tirs. C’est en partie pour cette raison que j’ai toujours pensé qu’il fallait mieux aider les gardiens de but… et toujours les écouter et essayer de les comprendre. C’est comme ça que tout a commencé.
Désormais, j’ai le plus haut niveau de qualification dans l’entraînement des gardiens, reconnu par la RFEF (fédération royale espagnole de football) et par l’UEFA avec la Licence A. J’ai commencé à entraîner à la FCB Escola (centre de formation du FC Barcelone) puis j’ai créé ma propre académie pour les gardiens de buts, ZonaPorters, à Barcelone.
J’ai ensuite travaillé au CE Sabadell en 2e division espagnole, champions de la Coupe de Catalogne en 2015-2016.
Je travaille maintenant au FC Nordsjaelland  au Danemark et c’est ma deuxième saison en Superligaen.

Comment êtes-vous arrivé au FC Nordsjaelland?

Je suis venu ici grâce à Luis Llopis (entraîneur des gardiens du Real Madrid) et Jose Daniel Martinez (analyste du club). J’ai rencontré Luis à la RFEF et nous avions des relations, un mode de pensée et des techniques assez similaires. Il m’a mis en contact avec Jose Daniel puis j’ai reçu une offre du club. Ils m’ont dit que c’était un poste fait pour moi par la façon de travailler qui était similaire à celle que j’avais au FC Barcelone et que je pourrais aider les gardiens du club à se développer.

Avez-vous remarqué des différences entre la vie en Espagne et la vie au Danemark?

Bien sûr ! Quand on voyage et qu’on change de pays il y a toujours des changements dans le climat, la gastronomie, la culture… Nous avons été très bien accueillis ici avec ma femme par tout le staff du club. Nous sommes très contents de vivre ici.

Que pensez-vous du niveau de la Superligaen?

Le football au Danemark est vécu avec passion, il y a une bonne tradition du football. Le jeu est un peu plus direct qu’en Espagne mais les clubs sont bien structurés. Pour parler du FCN, je dois dire que je m’identifie beaucoup au modèle et aux valeurs du club. On prend soin des joueurs et on essaie toujours de produire du beau jeu avec des initiatives  sur chaque action. Nous nous développons beaucoup dans de nombreux aspects, nous faisons notamment partie des clubs européens de haut niveau avec la plus faible moyenne d’âge. Nous formons de nombreux joueurs amenés à jouer en équipe nationale dans différentes catégories.

Philosophie de football :

Former des joueurs et être capables de rivaliser avec de grands clubs avec notre modèle de jeu.

Extrait d’une présentation qu’il fait aux gardiens avec les valeurs et les qualités attendues

Vous avez travaillé au FC Barcelone qui est un très grand club. Quelles sont les principales différences entre un club comme celui-ci et le FC Nordsjaelland?

Travailler au FC Barcelone donne de nombreuses opportunités : nous sommes en contact avec un grand nombre de joueurs et d’entaîneurs.
Cependant, sur le plan méthodologique je dirais que maintenant, avec notre modèle, nous ne sommes pas si loin des grands clubs européens. Evidemment, les ressources économiques et sociales ne sont pas les mêmes mais nous avons de bons résultats dans toutes les catégories.  Nous voulons tous nous battre pour les premières places du classement sans pression, ce qui fait que les joueurs prennent bien plus de plaisir.

Comment ressentez-vous l’impact de Tom Vernon et de la Right to Dream Academy, et de leurs valeurs ?
(Tom Vernon est le président du club et fondateur de la Right to Dream Academy, académie basée au Ghana avec laquelle le club a un lien fort, NDLR) 

Cet impact est très bon pour nous tous parce que ça donne de l’importance aux valeurs du sports et aux valeurs humaines en général. Ce modèle est respecté dans tous les domaines. Tom Vernon a fait, fait et continuera à faire tout son possible pour aider les joueurs qui ont peu de ressources familiales, mais qui ont un grand potentiel.
À titre personnel, je suis fier de faire partie de ce beau projet social, humain, éducatif et sportif.

Avez-vous déjà participé à des entraînements avec des jeunes joueurs de la Right to Dream Academy?

Oui, bien sûr. En plus de travailler avec les gardiens du club nous devons nous intéresser à tous les joueurs de l’académie. Je dois dire que j’ai été agréablement surpris par leur qualité et par le bon travail qu’il fournissent chaque jour.

Entraînement et Gardiens :

Tous les exercices, jeux et situations que je propose en entraînement ont un lien direct ou indirect avec des actions de jeu auxquelles les gardiens sont confrontés en match. Il n’y a pas toujours les mêmes objectifs, cela dépend du moment et des besoin. Ca peut être un exercice mental, ludique ou même de la prise de décision. Il y a plusieurs façons de travailler les différents aspect d’un gardien de but. Ca n’a pas toujours à être traditionnel, les gardiens apprécient alors plus et ont l’esprit plus ouvert.

Iñaki Caña et Runarsson en plein entraînement

Selon vous, qu’est-ce qu’un gardien de but complet? Comment réussir à en devenir un?

Je ne pense pas qu’un seul point fort puisse suffir aujourd’hui, et d’autant plus à un niveau professionnel où les qualités demandées sont maximales. Il faut avoir des compétences aussi bien au niveau physique qu’au niveau tactique. Une des caractéristiques que j’apprécie et que je regarde avant le reste est la mentalité : il faut un esprit de compétition, une bonne mentalité sur et en dehors du terrain, une bonne posture et surtout la soif d’apprendre et la volonté de devenir meilleur à tout instant.
Ecouter, comprendre, observer et aider chacun de mes gardiens est ma principale motivation quotidienne.

Vous êtes actifs sur les réseaux sociaux et postez des vidéos de vos entraînements avec Runarsson sur YouTube. En quoi est-ce si important pour vous?

J’aime partager ma façon de penser et de travailler. J’estime que cela permet d’aider les gens et par dessus tout de grandir tous ensemble. Durant les dernières années, l’entraînement des gardiens a beaucoup évolué et ceci en partie grâce aux informations disponibles sur les réseaux sociaux. Lorsque je jouais encore, le niveau des entraînements était malheureusement très faible…

Que pensez-vous de la compétition entre gardiens au sein d’un club? Quels sont les meilleurs moyens de les faire progresser ensemble?

Au poste de gardien, c’est souvent le même joueur qui est titulaire et il est difficile de changer ce statut à chaque match. Pour cette raison, il faut mettre en place des bases de travail et d’attitudes très solides dès le début. Ils sont tous aussi importants même si chaque personne est différente et il faut être honnête avec chacun : ils ont tous un rôle et chacun a son moment d’importance.

Les gardiens du club :

La saison précédente, le groupe comportait 3 jeunes gardiens :
Rúnar Alex Rúnarsson (22 ans), international espoir islandais formé au KR Reykjavik, au club depuis 2014;
Indy Groothuizen (21 ans), gardien hollandais prêté par l’Ajax, désormais à l’ADO den Haag
Patrik Carlgren (25 ans), international suédois (1 sel.) arrivé libre en février après sa fin de contrat à l’AIK. Il joue maintenant à Konyaspor en Turquie.

De gauche à droite : Indy Groothuizen, Iñaki Caña, Runar Alex Runarsson et Peter Vindahl Jensen

Cette saison, Rúnarsson est toujours au club et est accompagné de Nicolai Larsen (26 ans), ancien joueur d’Aalborg, et de Peter Vindahl Jensen (19 ans), pur produit du club.

L’année dernière, vous aviez 3 jeunes gardiens très talentueux. C’était un peu une surprise de voir Runarsson devenir le titulaire indiscutable. Comment ce choix s’est-il fait? Êtes-vous un peu déçu des deux autres gardiens?

Pour moi ce n’est pas une surprise qu’Alex ait joué tant de matchs et ait été performant à un si haut niveau. Dès qu’il est arrivé au club j’ai vu son potentiel. Il ne faut pas oublier qu’il n’a que 22 ans et qu’il a encore une grande marge de progression, c’est un gardien qui aura un grand futur. Patrik et Indy n’ont pas pu montrer plus de talent parce qu’Alex ne leur a pas laissé la place avec ses performances, mais je suis très satisfait de l’excellent travail qu’ils ont fournit lors de chaque entraînement tout le long de la saison et de leur implication personnelle. Patrik Carlgren a d’ailleurs joué les 5 derniers matchs de la saisons quand Alex était blessé et il a fait de très bonnes performances.
Cette année il ne faut pas oublier qu’aux côtés d’Alex nous avons Nicolai qui est un gardien qui a un bon bilan et une bonne expérience, et Peter qui est un joueur très prometteur.
Je suis très heureux des gardiens que j’ai eu jusqu’ici au club.

Rúnar Alex Rúnarsson est devenu l’un des meilleurs gardiens du championnat et a également été appelé pour la première fois en équipe nationale. Que pensez-vous de sa progression, jusqu’où peut-il aller?

Tout d’abord je dois dire qu’Alex est une bonne personne et un excellent professionnel. Il veut toujours s’améliorer et demande le maximum dans chaque entraînement et dans chaque match. Il a un talent inné mais surtout une très grande marge de progression et un bon esprit de compétition.
Personnellement j’apprécie de travailler et de partager des moments tous les jours avec Alex, Nicolai et Peter.

English version :

Private life:

First, can you tell us a bit about your career and how have you managed to become a goalkeeping coach?

My relationship with the goal has always been present, since I was a goalkeeper, although I knew that after my time as a player I would like to help from the other side of the coach, in my time unfortunately the figure of goalkeeping coach did not exist or was barely known and almost always we were part of the rest of our classmates doing exercises without any sense or transfer in the game, we only used to tell the goalkeeper to warm up and prepare for when the rest of the team was ready they could enter to make shots on goal For this reason and some others, I have always thought that we had to help the goalkeepers much more … and here I am, trying to do it from passion, training, coherence, arguments … and always listening and trying to understand the goalkeeper (his version is the reality they live) there starts everything.

Currently I have the maximum qualification in the training of the Goalkeeper by the RFEF (SPECIALIST IN THE TRAINING OF THE GOALKEEPER) and by UEFA (GK A LICENSE). As coach of goalkeepers I have been in the Academy of FC Barcelona (head coach and coordinator in different events from different countries in Europe), I had my own GK academy (Founder and director of Zona Porters Barcelona Area), I was in the CE Sabadell 2nd Division Spain (Catalonia Cup champion) and I’m currently at FC Nordsjaelland (Superligaen, Denmark, this is my second season in the top Danish football category)

How did your arrival at FC Nordsjaelland happen?

My arrival at FC Nordsjaelland was through Luis Llopis (Current Goalkeeper Coach of R.Madrid) and Jose Daniel Martinez (current club analyst), Luis and I met in the course of the RFEF and from that stage we had relationship, thoughts and way of doing about the training very similar, when I get a possible offer club FCN (Denmark) by Jose Daniel, do not hesitate to call me and offer me the opportunity to hear the offer, he recommended my name to the club by the « similar » form of work and model similar to that of FC Barcelona, ​​he told me that it was a position made for me by the way of working so similar and that could help the goalkeepers of the club to grow in training and performance .

Did you notice some changes between life in Spain and life in Denmark?

Yes of course, logically when you travel and change your country there are always some changes, climate, gastronomy, culture, character… But the truth is that the integration and the welcome that we had from the beginning both my wife and I was excellent from everyone at FCN, we are very happy.

What do you think about the Superligaen level?

Football in Denmark is lived with a lot of passion, there is a great football tradition, it is a bit more direct football than in Spain, but the clubs are well structured. If I have to talk about the FCN I have to say that I identify a lot with the model and values ​​of the club, care is taken of the home player and always try to give a good deal to the ball (initiative at all times of the game), we are growing a lot in all aspects (we are the first division club in Europe with the youngest average age and the club that contributes many players to all the categories of the Danish national team).

Form players from the base and be able to compete with our players against the big clubs and always with our game model. (A very clear idea of ​​the club).

Football philosophy :

You have worked at FC Barcelona, ​​which is a very big club. What are the main differences you see between FC Barcelona and FC Nordsjaelland? (Organization, players, mentality …)

Working at FC Barcelona gives you and opens many possibilities (you can access a very large market of players and coaches, since everyone is interested in such a big club…), but at a methodological level I can say with great security that our model of methodology today is not so far from the big clubs of Europe, logically the economic and social resources can not be the same, but in view are the results of all the teams of the club (we are all competing to be At the top of the ranking without any type of pressure, this makes our players enjoy much more…).

How do you feel the impact of Tom Vernon and the Right to Dream Academy and their values ​​in the club?

This impact is very good for all of us, because it is given a lot of importance to human and sports values, the model is respected in every way, Tom Vernon has done, does and will continue to do much to help many players with few family resources, but with great possibilities… I personally feel very proud to be part of this great social, human, educational and sports project.

Have you already participated in the training of some young goalkeepers at the Right to Dream Academy?

Yes of course, apart from working with the goalkeepers of the club we also have to be interested in all the players of the academy and the truth that this pleasantly surprised by the quality and the great work they do every day.

Training and Goalkeepers:

What is a complete goalkeeper according to you and how to become one by training?

Today I do not believe that only one feature is enough, especially at a professional level since the demand is maximum, it must have barias, both at the level of physical constitution, as specific technical conditions and tactical knowledge of the game, but to me , one of the characteristics that I like or call before the attention are to have a strong mentality when competing, personality inside and outside the field, a great body language and above all « sports and personal hunger » of wanting to grow in every moment.

Listening, understanding, observing and helping each of my goalkeepers is my main motivation every day.

You are active on social media when posting videos of your workouts with Runarsson on YouTube. Why is it so important to you?

I personally like to share part of my way of thinking and working, I think it is good to share to be able to help and above all to be able to grow together. In the last years the world of the goalkeepers’ training has evolved a lot and precisely one of the reasons was to have all more information through social networks. During my time as a GK, unfortunately the level of training was very low…

As we’re talking about videos, I’ve seen that you also concentrate on videos of games, which must be very unusual for a goalkeeping trainer. What does it bring to you and to your goalkeepers?

All the exercises, games and situations that I propose in a training have a direct or indirect transfer in the real game, they are not always the same objectives, it depends on the moment and needs, sometimes it is mental, other ludic or even Activation or taking of decisions, there are many ways to work the aspects of the goalkeepers, it does not always have to be the traditional, this makes the goalkeepers also enjoy more and have a more open mind …

What do you think about the competition between the goalkeepers to be in the starting lineup, and what are the best ways to make them progress together?

In the position of the goalkeeper always plays one and it is difficult to change this position in each game, for this reason it is very important to lay a very solid foundation of work and behavior from the start, they are all equally important although each person is different (you have to know the person to be able to reach it) and above all you have to be very fair with each of them (each one has a role and everyone is equally important, everyone has their moment of importance).

Goalkeepers of FC Nordsjaelland:

Last year you had 3 young and talented goalkeepers with Runarsson, Carlgren and Groothuizen. For most observers, it must have been a surprise to see Runarsson become the opener of this team. How has this choice been made? (Are you a little disappointed with the other two goalkeepers who were also promising, especially Carlgren?)

For me it’s no surprise that Alex has played so many games and performed at such a high level, from the very beginning that he came to the club and I could see a lot of all his potential, but let’s not forget that he is only 22 years old and has a great margin still of improvement (it is a goalkeeper with a great future), by Patrik and Indy last year could not show more all u talent because Alex did not give option with his performance.

But I am personally very satisfied with the excellent work they did in every training throughout the season and his excellent daily commitment. Patrik Calgren played the 5 final games for an injury Alex and the truth is that his performance was very good. We can not forget that in the current season we have part of Alex Nicolai who is a goalkeeper with a great track record and experience and Peter who has a very promising future. I am very happy with the goalkeepers I have had and I have so far in the club.

Rúnar Alex Rúnarsson has become one of the best goalkeepers in the Superligaen. He has also been called up for his first selections with the Icelandic national team. How do you feel about your progress and how far do you think you can achieve?

First I have to say that Alex is a great person and an excellent professional, he is always willing to improve and to demand the maximum in each training and in each game, he has an innate talent and above all a very wide margin to keep improving linked to a great mentality to compete, personally I am enjoying working and sharing moments every day with Alex, Nicolai and Peter.

Laisser un commentaire