La Right to Dream Academy est une académie de football fondée en 1999 et basée au Ghana. Elle est fortement liée au football nordique, notamment au club danois du FC Nordsjaelland. Nous vous proposons donc de partir à la découverte de cette académie si particulière.

 

Le football

Toutes les équipes de l’académie jouent en 4-3-3, un dispositif offensif qui s’adapte bien aux qualités des joueurs Afrique de l’Ouest.
Le jeu demandé est assez simple : une ou deux touche(s) de balle et de la vitesse avec le ballon.
L’équipement a évidemment changé au cours du temps. Au départ, les joueurs jouaient sur un terrain en terre dont ils devaient s’occuper eux-mêmes et peuvent désormais profiter de terrains en herbe bien entretenus. Ils disposent également d’une salle de musculation, d’un service d’analyse vidéo et d’un bon staff médical.

Terrain d’entraînement de l’académie

Chaque année, l’académie envoie 3 équipes en Europe pour participer à des tournois, qui permettent aux joueurs de se tester contre des joueurs des meilleures académies européennes et de commencer à s’adapter à de nouvelles cultures. Ils ont de très bons résultats et ont pu affronter des jeunes des meilleures équipes européennes.
Chaque année, l’académie organise plus de 100 évènements de recrutement et évalue entre 25000 et 30000 jeunes (garçons et filles) dans toute l’Afrique de l’Ouest et bien sûr, ce n’est qu’une petite partie d’entre eux qui est retenue pour rejoindre l’académie.


Quelques joueurs formés par l’académie :

  • Majeed Waris (FC Lorient) qui a participé à la Coupe du Monde 2014 avec le Ghana et qui joue en Ligue 1 depuis 2 saisons. Il a débuté sa carrière de footballeur professionnel en Suède, au BK Häcken et a fini meilleur buteur d’Allsvenskan en 2012 avec 23 but inscrits pour le club de Göteborg. Il changera très probablement de club, lui qui a marqué 9 buts en Ligue 1 et qui aurait pu offrir le maintien aux Merlus avec un but en barrages de relégation contre Troyes.
  • David Accam (Chicago Fire) est lui aussi passé en Suède, dans les clubs d’Östersund et de Helsingborg, et a même été le 2e meilleur buteur du championnat suédois derrière le danois Lasse Vibe en 2014. C’est désormais l’un des phénomènes de la MLS où il a déjà inscrit 29 buts et fait 13 passes décisives en deux saisons et demies. Déjà annoncé à Nantes à 2 reprises la saison passée, on devrait de nouveau entendre parler de lui sur le marché des transferts puisqu’il ne lui reste que 6 mois de contrat. On parle d’ailleurs encore de lui encore en Ligue 1 mais cette fois-ci du côté de Guingamp.
  • Godsway Donyoh (FC Nordsjaelland) : d’abord parti à Manchester City, il a été prêté deux fois en Suède (à Djurgarden puis à Falkenberg) avant de rejoindre le FC Nordsjaelland libre en janvier 2016. Peu utilisé la saison dernière, il s’est vu donner sa chance cette saison principalement en tant qu’ailier (Ingvartsen occupant indiscutablement la place d’avant-centre), montrant de quoi il était capable avec 10 buts toutes compétitions confondues en 26 matchs.
  • Evans Mensah (HJK Helsinki) : le jeune ailier droit est d’abord passé par le club ghanéen d’Inter Allies avant de rejoindre le club de la capitale finlandaise. Déjà titulaire en Veikkausliiga à 19 ans chez l’actuel leader du championnat, on peut s’attendre à un futur brillant pour cet ailier de poche d’1m65.
  • Emmanuel Boateng (LA Galaxy) est un élément clé de la formation californienne : quasi-systématiquement titulaire au poste de milieu gauche, il s’est notamment illustré l’an dernier par un magnifique doublé en play-offs sur deux exploits individuels de grande qualité. Il était auparavant en Suède, dans le club de Helsingborg où il a pu jouer avec David Accam.
  • Bismark Adjei-Boateng (Colorado Rapids) : d’abord passé par le centre de formation de Manchester City, il est ensuite allé en Norvège à Strømsgodset où il a joué une centaine de matchs dont 86 en Tippeligaen (désormais Eliteserien). Désormais en MLS, le milieu central a été victime d’une blessure en avril qui l’a écarté des terrains pendant 2 mois mais il a récemment retrouvé une place de titulaire.

L’éducation

Une salle de classe de l’académie nommée en l’honneur de Nelson Mandela

Il me paraît d’abord important de mentionner que comme dans toute académie de football, tous les élèves ne deviendront pas footballeurs professionnels.
L’éducation se situe donc au cœur du programme de l’académie : c’est la clé pour pouvoir réussir. Développement de l’esprit critique. A travers les cours ils relèvent des défis ce qui les prépare à la vie future. Atteindre son potentiel sur et en dehors du terrain.

Le but est qu’ils puissent réussir dans le football mais aussi dans le monde professionnel (ce qui permet de s’assurer une bonne vie même s’ils ne réussissent pas à percer dans le football), et de faire d’eux des personnes meilleures.
La plupart des élèves arrivent avec très peu d’éducation (voire pas du tout). L’entrée dans l’académie représente pour les élèves de meilleures conditions de vie avec 3 repas par jour et l’assurance de ne pas être frappé (d’après Tom Vernon, fondateur de l’académie, les enfants au Ghana se font régulièrement frapper par leurs parents, leurs entraîneurs ou leurs professeurs). Mais les structures restent assez simples pour que les élèves gardent l’envie de franchir une nouvelle étape en Europe ou en Amérique du Nord.

Les connaissances que les élèves accumulent sont générales et diverses, allant de l’histoire de l’Afrique à l’informatique. Certains élèves viennent de pays francophones et doivent donc également apprendre à parler anglais.
Les meilleurs élèves ont la possibilité d’effectuer une partie de leurs études dans des écoles partenaires aux Etats-Unis.
L’académie donne sept principes fondamentaux à ses élèves : autodiscipline, passion, intégrité, initiative, intelligence sociale, redonner et gagner (self discipline, passion, integrity, initiative, social intelligence, give back, winning).
On observe un grand respect pour les grandes personnes qui ont fait l’histoire de l’Afrique (Nelson Mandela, Maya Angelou, Barack Obama…) et chaque salle possède un nom en l’honneur d’un de ces modèles.

Dans la lignée de la philosophie de l’académie, on peut trouver des pancartes avec des citations dans les couloirs des principaux bâtiments. On peut par exemple y lire « le succès est la somme de petits efforts répétés jour après jour », « si vous apprenez de la défaite vous n’avez pas réellement perdu » ou encore « le travail bat le talent quand le talent ne travaille pas », ce qui colle parfaitement avec le slogan de l’académie : “make it happen” qui pourrait être traduit par “provoque le destin”.
Il est également important de mentionner que l’académie possède une section féminine, la première a avoir vu le jour en Afrique. Cependant, au vu du peu de postes qu’offre le football féminin, l’éducation prend une grande importance dans le quotidien des jeunes filles de l’académie.

« En tant que footballeur, on ne joue pas que pour soi-même, on joue pour tout le monde autour de soi et plus spécialement sa communauté, son pays, donc il faut être un bon modèle. Il ne faut pas être égoïste.»
David Accam

Lien avec le FC Nordsjaelland


Initialement recruteur pour Manchester United en Afrique, Tom Vernon a fondé l’académie en avril 1999.
Il y a implanté sa philosophie : apprendre des valeurs aux élèves pour leur permettre d’avoir une vie meilleure en étant eux-mêmes de meilleures personnes dans un domaine ou l’égoïsme et de plus en plus présent.
En décembre 2015, il décide d’acheter le FC Nordsjaelland, basé à Farum à une vingtaine de kilomètres au nord de Copenhague, dans le cadre de son projet : il veut continuer à diffuser sa philosophie en Europe.
Cela présente également un autre avantage pour lui : plutôt que de voir ses joueurs partir pour une somme très modeste dans leur premier club professionnel avant de partir avec un gros bénéfice pour le club un ou deux ans plus tard pour après avoir fait leurs preuves. Ce principe de “club de passage” est donc un gros point fort financier pour son académie avec Nordsjaelland puisqu’il sera présent sur les 2 premières étapes du développement du joueur.
Ainsi, contrairement à ce qu’on peut observer d’habitude, c’est ici l’académie qui a créé le partenariat avec le club pour avoir un bon point de chute pour ses joueurs. Le Farum Park, stade du FC Nordsjaelland a d’ailleurs été renommé Right to Dream Park en 2016, symbole de l’union entre le club danois et l’académie ghanéenne.

Le choix du FC Nordsjaelland n’est pas un hasard pour Tom Vernon : c’est un club connu pour la qualité de sa formation au Danemark.

Équipe de jeune composée des U16 de la Right to Dream Academy et du FC Nordsjaelland qui a battu les U16 de Brøndby sur le score de 5 buts à 1

L’objectif de Tom Vernon, d’ici 2019, serait de pouvoir jouer uniquement avec des joueurs issus de l’académie du FC Nordsjaelland et de la Right to Dream Academy.
Le club pourra dès cette saison compter sur Godsway Donyoh, déjà bien connu du public mais aussi sur Collins Tanor, le jeune milieu de terrain de 19 ans qui a pu inscrire son premier but sous ses nouvelles couleurs face au FC Twente où il a été aligné au poste d’avant-centre, et sur Abdul Mumin pour sa charnière centrale.

 

Laisser un commentaire