Le championnat danois regorge de jeunes talents et plus particulièrement le club du FC Nordsjaelland, qui mise quasiment essentiellement sur la jeunesse entre son centre de formation et sa relation étroite avec l’académie ghanéenne Right to Dream. Et cela n’a pas échappé au scout de l’Ajax, John Steen Olsen, qui a longtemps observé le meilleur talent de la saison 2019/2020 du championnat, Mohammed Kudus, jusqu’à convaincre ses dirigeants de pouvoir le recruter cet été malgré une forte concurrence sur le dossier.

Un joueur ambitieux et talentueux qui se donne les moyens de réaliser ses rêves et qui voudra les concrétiser ici aux Pays-Bas dans un club qui a su montrer au fil de son histoire combien ils pourraient apporter à son développement. Présentation du jeune talentueux milieu ghanéen Mohammed Kudus à travers son parcours et une analyse de son jeu :

Les débuts au sein de son pays d’origine, le Ghana

Mohammed Kudus est né en 2000 au Ghana au sein de la capitale Accra, où il commença à taper le ballon rond dans des quartiers de Nima, vieux quartier populaire. Ses débuts en club auront eu lieu dans l’une des académies de la capitale nommée Strongtower. C’est ensuite à l’âge de 12 ans qu’il s’engagea dans l’une des meilleures académies au Ghana, la Right to Dream Academy, avec des installations encore plus développées. Là-bas, il y aura gagné de nombreux trophées dont deux des plus grands tournois de jeunes au monde, la Gothia Cup U17 en Suède et la SuperCupNI en Irlande du Nord et aura pu se développer en plus en tant que personne avec un encadrement et des principes inculqués.

« Ce fut un processus long et ardu à l’académie au Ghana, mais quand vous la quittez, vous vous rendez compte que tous les défis, échecs et revers vous ont aidé à devenir plus fort et prêt pour cela » Mohammed Kudus pour Ekstrabladet.

Crédit photo : Facebook Right to Dream.

Ses prestations remarquées au sein de l’académie lui auront permis de porter le maillot de sa nation lors de la Coupe du Monde U17 en Inde, atteignant les quarts de finale avec les Black Stars où il aura d’ailleurs marqué à ce stade de la compétition. Une visibilité et de bonnes prestations ayant mis en avant ses qualités, qui auront pu attirer le regard de nombreux clubs observateurs de la compétition.

Le choix du Danemark pour poursuivre son rêve

Néanmoins en 2018, il fit le choix de rejoindre le FC Nordsjaelland au Danemark. Un club qui travaille depuis fin 2015 en étroite collaboration avec l’académie Right to Dream, grâce au président du club danois Tom Vernon, qui en est le créateur. Arrivé à l’âge de 17 ans, l’acclimatation de Kudus fut loin d’être simple, lui qui vit de la neige pour la première fois et découvrit les premières températures négatives ainsi que le froid nordique, bien loin de ce qu’il avait connu au Ghana.

Heureusement, il n’arriva pas seul de l’académie, puisque notamment deux de ses coéquipiers, Ibrahim Sadiq et Gideon Mensah, avec qui il avait disputé la Coupe du Monde U17, rejoignirent le club danois en même temps que lui. Une belle communauté ghanéenne se constituait au sein du club, avec avant eux, le défenseur central Abdul Mumin, qui avait aussi fait le chemin ou encore Godsway Donyoh, entre temps passé par l’académie de Manchester City, club avec qui il y avait autre fois une collaboration. Cela aura pu être un vrai atout pour lui afin de s’adapter rapidement aux nombreuses différences entre les deux pays.

« Nordsjaelland a montré qu’ils pouvaient développer des joueurs, donc c’était une bonne étape pour moi de commencer ma carrière professionnelle ici. Bien sûr, c’était difficile au début. Le temps, la nourriture, la culture. Mais le plus important est de s’adapter rapidement » – Kudus pour Ekstrabladet

Ses débuts professionnels seront arrivés quelques jours après son 18e anniversaire, le 2 août, sous les ordres de Kasper Hjulmand, l’actuel sélectionneur du Danemark. D’abord en championnat face à Brøndby puis directement en qualification d’Europa League face au Partizan. Néanmoins, ses débuts sur le terrain auront été plutôt compliqués, avec seulement un but et une passe décisive en 20 apparitions. En effet, d’abord titulaire, Kudus aura perdu petit à petit sa place dans le XI pour finir par se contenter d’entrées en jeu en fin de match, ne le mettant pas dans les meilleures conditions pour se montrer.

Mais le jeune ghanéen aura continué à travailler dans l’ombre, en se renforçant notamment grandement musculairement. Et ses efforts auront payé à l’arrivée du successeur de Hjulmand, Flemming Pedersen. Le nouveau coach danois lui aura directement fait retrouver sa confiance et cela aura rapidement conduit en de bonnes prestations de la part de Kudus. Il se sera alors vu proposer le symbolique numéro 10 du club, laissant ainsi de côté son numéro 39. Un numéro 10 auparavant porté au club par Mathias Jensen et Emiliano Marcondes de Brentford, deux références du club.

Crédit photo : Instagram Mohammed Kudus

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Mohammed Kudus aura dignement porté ce numéro 10 sous le maillot de Nordsjaelland, dans la lignée de ses prédécesseurs. En effet, après une fin de première saison prometteuse, Kudus aura confirmé tout son potentiel lors de la seconde saison. Une saison où il aura porté son équipe en étant bien plus décisif dans le jeu et dans l’impact offensif avec statistiquement 11 buts inscrits contre 3 la saison d’avant, faisant de lui le meilleur buteur de son équipe lors de la saison mais également lui ayant valu d’être nommé meilleur jeune de la saison 2019/2020 en Superliga danoise.

Des prestations qui auront séduit le sélectionneur du Ghana, Kwesi Appiah, qui aura convoqué Kudus lors du rassemblement de novembre 2019 et où il aura directement été impactant à seulement 19 ans. Entré en jeu pour sa première sélection avec les Black Stars face à l’Afrique du Sud, il aura inscrit son premier but 18 minutes plus tard, d’une belle frappe en lucarne. Il aura également figuré dans le top 60 Golden Boy de cette année 2020 et après 57 rencontres sous le maillot du FC Nordsjaelland pour 14 buts et 3 passes décisives et 6 matchs avec la réserve pour 2 buts, il se sera engagé avec le club néerlandais de l’Ajax pour un montant estimé à 9M€ hors bonus, devenant ainsi la 2e plus grosse vente de l’histoire de son club.

Un excellent travail mené par son agent Jennifer Mendelewitsch qui aura su contenter toutes les parties et une fierté pour le club danois d’avoir pu à nouveau permettre à un jeune joueur du club d’évoluer encore plus haut comme le veut leur stratégie et vision. Au sein du club de la capitale Amsterdam, entraîné par Erik Ten Hag, Mohammed Kudus va pouvoir continuer sa progression à un niveau plus élevé et avec plus de concurrence, où il jouera avec les siens le titre et pourra découvrir la Ligue des Champions en y disputant les phases de poules. Avec les départs des milieux Donny van de Beek, Carel Eiting, Razvan Marin ou encore offensivement d’Hakim Ziyech, Kudus aura une vraie carte à jouer dès cette saison dans le dispositif en 4-3-3 de son nouveau club qui lui convient parfaitement.

Les caractéristiques et le style de jeu de Mohammed Kudus

Mohammed Kudus est un joueur qui offre de nombreuses options à son entraîneur de par sa grande polyvalence, pouvant évoluer dans de nombreux rôles pour son équipe en tant que 8, 10 ou faux 9 où il évoluait au sein d’un 3-4-3 ou 4-3-3 à Nordjsaelland. Un central ayant un penchant pour le côté droit, qui pour nous excelle encore davantage dans un rôle de milieu box to box correspondant parfaitement à ses qualités dans le rôle de créer des occasions et de lier le jeu en distribuant des ballons dans des zones avancées. Au contraire, en étant seul devant même en faux neuf, cela ne lui permet pas d’exploiter ses nombreux atouts, où il semble fait pour avoir quelqu’un devant lui.

Heatmap de la saison 2019/2020 de Mohammed Kudus. Crédit : SofaScore.

Le nouveau joueur de l’Ajax pourra apporter une grande plus-value à son équipe, de par ses nombreuses qualités telles que sa créativité, ses capacités athlétiques ou encore son aisance technique. Au niveau de l’aspect créatif, Kudus est un joueur qui dégage déjà une belle maturité, il prend très souvent les bonnes décisions au bon moment de par sa belle vision de jeu et ses analyses rapides de la situation. Il domine la balle et offre une belle verticalité dans ses transitions offensives en construisant les attaques et en pouvant les conclure également avec un très bon pied gauche, son pied dominant, mais où son pied droit n’en est pas moins un défaut. Un joueur qui reste collectif malgré ses grandes qualités individuelles.

L’international ghanéen dégage une puissance et une force assez impressionnante où il utilise très bien son corps physiquement au duel avec un très bon équilibre corporel et bonne masse musculaire. Il peut facilement se détacher du pressing adverse grâce à cela et il a une bonne capacité technique où il fait facilement la différence par un dribble et par son agilité. Au Danemark, il était très difficile pour ses adversaires de lui prendre le ballon. Il est également très endurant, pouvant taper de nombreux sprints impressionnant à chaque rencontre. À Nordsjaelland, il évoluait dans une équipe en bloc haut, qui effectuait un grand pressing avec des joueurs rapides sur les côtés et sous un tempo rapide.

Au niveau technique, Kudus dispose déjà d’une belle palette avec sa bonne qualité de dribble, lui qui était largement le meilleur joueur du championnat danois à ce niveau la saison passée, avec 116 dribbles réussis/150 tentés (77.33% de réussite). Cela lui permet facilement de faire la différence avec un adversaire et de faire progresser la balle offensivement comme il sait si bien le faire. Au niveau défensif également, cela n’est pas sa fonction première généralement, mais il peut effectuer un grand pressing et ne pas lâcher l’adversaire afin de récupérer la balle, comme cette action l’illustre parfaitement.

« L’un des plus grands talents du Danemark. C’est un garçon avec tant de qualités. Doué techniquement, avec un bon rythme et multifonctionnel. Kudus peut jouer dans toutes les positions au milieu de terrain de toute façon, mais il peut aussi jouer à l’avant ou à droite. Cela le rend si intéressant. Il ressemble un peu à un jeune Clarence Seedorf, même si je n’aime pas ça comparer les joueurs avec d’autres joueurs. Kudus n’est finalement que Kudus. » – John Steen Olsen pour le média néerlandais De Telegraaf

Au niveau de ce qu’il doit améliorer ou ce qui lui fait actuellement défaut, cela serait vraiment sa domination dans le duel aérien où il s’engage très peu. Malgré un gabarit moyen d’1m75, il anticipe souvent assez mal et se fait battre assez facilement dans ce domaine. Il peut avoir également la mauvaise tendance de commettre des fautes à répétitions qui ne sont pas toujours utiles. Et à l’Ajax, il devra faire preuve d’une grande régularité sur la durée au cours d’un match et dans l’enchainement des matchs, ce qui a parfois pu lui faire défaut à Nordsjaelland.

Montage : Thibaut Collin

Fruit de la collaboration entre Right to Dream et Nordsjaelland qui a montré un grand succès jusqu’à aujourd’hui, on souhaite que le parcours de Mohammed Kudus en arrivant à l’Ajax à 20 ans, puisse inspirer nombreux de ses anciens coéquipiers et leur garantir un beau succès comme Kamaldeen Sulemana, Mohammed Diomande, Isaac Atanga, Abu Francis,… qui sont déjà bien intégrés au sein de l’équipe danoise.

Après l’académie de la Right to Dream qui a permis à Kudus de se développer humainement et sportivement ainsi que d’avoir pu concrétiser son rêve de pouvoir jouer en Europe, Nordsjaelland, d’avoir approfondi son développement et d’avoir pu lui permettre de pouvoir jouer dans un grand club référence en Europe, l’Ajax, a tout pour lui permettre de concrétiser son rêve de devenir un très grand joueur et de devenir le nouveau joueur ghanéen référence.

On espère également qu’il pourra nous faire sa célébration Wakanda de nombreuses fois sous le maillot Ajacide, en apportant toute sa qualité à cette équipe comme il a su le faire au Danemark. Mais également qu’il ne quittera plus la sélection des Black Stars, en devenant le créatif de sa sélection. Le parcours de Mohammed Kudus a tout pour devenir un exemple de réussite et de travail, pour un jour inspirer de nombreux jeunes joueurs, comme lui à pu l’être par des Michael Essien ou plus récemment Thiago. À lui de concrétiser ses rêves.

Laisser un commentaire