L’année 2019 a laissé présager quelques changements pour 2020… Tout d’abord, la désillusion de la non-qualification de l’équipe nationale est passée et laisse désormais place aux barrages qui auront lieu fin mars afin d’espérer se qualifier pour une troisième grande compétition d’affilée. Afin d’arriver avec un effectif de qualité, le sélectionneur, Erik Hamrén a fait appel à de nombreux jeunes joueurs pour les traditionnels matchs amicaux de janvier ; cela dans le but de tester un maximum de joueurs, et ainsi d’avoir 23 joueurs prêts à tout donner le 26 mars contre la Roumanie !

Un mercato ponctué par de nombreux transferts pour les internationaux

Certains joueurs en manque de temps de jeu, sans club ou cherchant à se montrer sont à la recherche d’un nouveau club, tel est le cas de :

Björn Sigurðarson (FC Rostov), qui vient d’être prêté à l’APOEL Nicosie afin de faire partie des 23 lors du prochain rassemblement… L’autre attaquant islandais du FC Rostov, Viðar Kjartansson est lui aussi prêté, mais en Turquie : au Yeni Malatyaspor, club du ventre mou de première division. De même, Diego Johannesson est prêté par le Real Oviedo au FC Cartagena afin de jouer à nouveau, même si cela va sembler compliqué pour lui de retrouver la sélection.

Ragnar Sigurðsson a rejoint le FC Copenhague (où il avait laissé un très bon souvenir, entre juillet 2011 et janvier 2014), Birkir Bjarnason a retrouvé la Serie A (en signant à Brescia) où il a déjà prouvé sa valeur, avec la Sampdoria et Pescara, et Emil Hallfreðsson a lui aussi signé en Italie en troisième division, avec le Padoue. Ces trois joueurs ont pour but d’arriver en bonne condition physique à un éventuel Euro.

Trois joueurs ont changé de club afin de ne pas se retrouver sans compétition jusqu’en mars… Tel est le cas d’Aron Sigurðarson qui a quitté l’IK Start – où il a été fantastique la saison passée, en étant impliqué sur 28 buts en 33 matchs et une montée en Eliteserien, afin de rejoindre l’Union Saint-Gilloise (D2 belge). Samúel Friðjónsson (ex-Vålerenga) a quant à lui réalisé un rêve d’enfant en signant en Bundesliga ! Au SC Paderborn, lanterne rouge du championnat… Il devra donc se donner au maximum, s’il ne veut pas rejoindre Rúrik Gíslason et Victor Pálsson en Bundesliga 2… Enfin Aron Þrándarson a fait le grand saut cet hiver en passant de la deuxième division norvégienne à la première division danoise ! Direction Odense pour l’ancien milieu offensif d’Ålesund. 

Un seul joueur semble ne pas avoir été transféré pour le côté sportif… Guðmundur Þórarinsson (ex-IFK Norrköping) a signé en MLS cet hiver, au New York City FC ; le milieu de terrain de 27 ans semble réaliser le rêve américain, lui qui ne fait malheureusement pas forcément partie des plans du sélectionneur… Et c’est bien dommage !

Montage récapitulatif des annonces transfert des joueurs Islandais lors de ce mercato hivernal. Crédit photo : clubs.

La passe de trois pour la Strákarnir okkar ? 

L’équipe nationale reste sur deux qualifications d’affilée pour un tournoi majeur, jamais deux sans trois ? On l’espère ! Pour cela, il faudra se défaire de la Roumanie au Laugardalsvöllur puis battre la Bulgarie ou la Hongrie à l’extérieur… Pas facile ! Erik Hamrén s’appuiera peut-être sur de nouveaux venus (ou même d’anciens…) testés lors des traditionnels matchs de janvier à l’occasion desquels certains jeunes joueurs se sont illustrés. Ainsi, en défense, Daníel Grétarsson et Davíd Ólafsson, qui ont réalisé une très belle saison avec Ålesund, pourraient prétendre figurer parmi les 23 sélectionnés lors de la prochaine liste…

Ils ont certes 24 ans mais leur titularisation ferait tout de même baisser la moyenne d’âge de la défense. Côté droit, Viðar Jónsson (Sandefjord, 25 ans) est un sérieux prétendant pour concurrencer, et même remplacer Birkir Sævarsson. En défense centrale, Sverrir Ingason devrait garder sa place de titulaire – grâce à ses récentes performances avec le PAOK Salonique – aux côtés du taulier, Ragnar Sigurðsson. Aux cages, Erik Hamrén compte toujours sur Hannes Halldórsson, même s’il a convoqué Elías Ólafsson (prêté par Midtjylland à Århus Fremad, 19 ans) et Patrik Gunnarsson (Brentford, 19 ans), pour affronter le Canada et le Salvador.

Au milieu et en attaque, il ne faut pas s’attendre à de grosses surprises puisque les joueurs qui pouvaient être « sur la sellette » ont tous trouvé un nouveau club : Björn Sigurðarson devra exceller avec l’APOEL s’il veut retrouver l’équipe nationale ; il pourrait ainsi remplacer Viðar Kjartansson, qui n’a plus marqué en club depuis juillet (15 matchs). Alfreð Finnbogason, aura peut-être du mal à retrouver son meilleur niveau et du même coup, la sélection, la faute à deux saisons gâchées par des blessures (seulement 20 matchs joués en 2019), tout comme Jóhann Guðmundsson et ses 18 matchs joués en 2019…

Toutes ces absences pourraient faire les affaires de certains anciens, comme Kjartan Finnbogason qui joue, il est vrai dans un championnat où le niveau est faible (D2 danoise), mais il est l’actuel meilleur buteur et est donc sur une bonne lancée. Au milieu, Aron Þrándarson et Samúel Friðjónsson devront rapidement crever l’écran avec leur club, au risque de ne pas être convoqués par Erik Hamrén qui pourra notamment compter sur Emil Hallfreðsson et Birkir Bjarnason car ils auront du temps de jeu dans leurs nouveaux clubs.

Quels joueurs vont briller en 2020 ? 

L’année est commencée depuis un mois et déjà, certains joueurs ont pris de bonnes résolutions ! Tout d’abord, il faut se diriger vers les Pays-Bas pour retrouver un joueur qui a bien commencé l’année, avec 5 buts lors de ses trois premiers matchs ! Elías Ómarsson a réalisé cette très belle performance avec l’Excelsior Rotterdam, mais il faudra confirmer puisque ses dernières sorties (en 2019) avaient poussé son entraîneur à le mettre sur le banc… À lui de tenir le rythme s’il souhaite postuler en équipe nationale.

Aron Sigurðarson qui a réalisé la meilleure saison de sa vie l’an dernier – en étant impliqué sur 28 buts (15 buts et 13 passes décisives) en 33 matchs ! – va tenter de confirmer cette année et ainsi pourquoi pas, connaître pour la deuxième fois d’affilée, les joies d’une montée en première division (en Belgique cette fois-ci). 2020 pourrait être une année de grands changements… après avoir vu l’éclosion d’Albert Guðmundsson en 2018 puis d’Arnór Sigurðsson en 2019, on peut légitimement espérer la même chose de Mikael Anderson (FC Midtjylland) et Jón Þorsteinsson, qui ont tous les deux marqué dix buts en championnat, en 2019. Ces deux joueurs ont d’ailleurs bien commencé la saison, en Superligaen.

L’expérimenté Kjartan Finnbogason, qui a retrouvé de la confiance depuis son arrivée à Vejle, début 2019, porte actuellement son équipe avec 13 buts en 17 matchs de championnat et pourrait vite la faire remonter en première division s’il continue comme cela en 2020… À l’inverse, certains attaquants ont déçu en 2019 et seront attendus au tournant cette année… en réalité, tous les attaquants présents en équipe nationale cette saison ont déçu : Alfreð Finnbogason, Jóhann Guðmundsson, Björn Sigurðarson, Jón Böðvarsson, Viðar Kjartansson ou encore Kolbeinn Sigþórsson (même s’il est devenu le meilleur buteur en sélection…). Parmi ces joueurs, seul Kjartansson a joué plus de 30 matchs en club en 2019… Pour finir, deux jeunes joueurs prometteurs ont du mal à confirmer… Kristófer Kristinsson, dont le temps de jeu à Grenoble est quasiment nul depuis le début de la saison, et Sveinn Guðjohnsen qui marque peu de buts avec Spezia.

Au milieu de terrain, Kolbeinn Þórðarson (19 ans) va devoir continuer sur sa lancée avec le Lommel SK (D2 belge) puisqu’il sort d’une bonne année 2019 avec 36 matchs joués ! Arnór Traustason qui va avoir de grands matchs à jouer avec Malmö, en Europa League notamment, devra aider les siens à remporter de nouveau l’Allsvenskan, qu’ils n’ont plus gagnée depuis 2017. Le natif de Keflavík sort tout de même d’une saison pleine, avec 7 buts et 8 passes décisives en 29 matchs. 

Lire aussi : L’émergence d’une nouvelle génération dorée en Islande

Les défenseurs islandais ont quant à eux placé la barre plus haut… Ils sont tout de même 6 à avoir réalisé plus de 10 clean-sheets en 2019 (si l’on ne compte que les joueurs évoluant à l’étranger). A savoir donc : Hörður Magnússon avec le CSKA Moscou, Sverrir Ingason, qui est devenu un titulaire indiscutable au PAOK Salonique, fin 2019, Hjörtur Hermannsson avec Brøndby, Daníel Grétarsson avec Ålesund et Adam Arnarson avec le Górnik Zabrze. Alors, objectif 20 clean-sheets pour 2020 ?

Enfin seuls deux gardiens ont bien protégé leurs cages : Elías Ólafsson avec 13 clean-sheets en 28 matchs, pas mal pour un gardien de 19 ans ! Ögmundur Kristinsson a lui aussi fait fort, avec 10 clean-sheets, mais surtout deux passes décisives, ce qui le place sur le podium des meilleurs passeurs, dans l’élite, au poste de gardien en 2019 ! Il est notamment ex-aequo avec Marc-André Ter Stegen, le gardien du FC Barcelone ! On attend donc la première place de ce classement en 2020 ! 

Ces joueurs en manque de temps de jeu ou peu performants

Certains joueurs ont souffert en 2019 et vont devoir relevé la tête ; tel est le cas tout d’abord de Rúnar Alex Rúnarsson qui est passé deuxième gardien à Dijon, tout comme Frederik Schram qui est actuellement en prêt mais qui néanmoins ne joue pas plus souvent… Ari Skúlason qui jouait avec Lokeren la saison dernière joue désormais à Ostende où il joue davantage, de bonne augure pour 2020 ! Birkir Bjarnason, le Olivier Giroud islandais (car il a continué d’être sélectionné malgré son faible temps de jeu), a joué seulement 6 matchs de championnat en 2019 mais se relance cette saison avec Brescia et jouera logiquement l’Euro, en cas de qualification.

Emil Hallfreðsson est dans la même situation que Bjarnason puisqu’il n’a joué que 4 matchs en 2019… Emil Pálsson a peu joué cette saison et cherchera à se montrer en 2020 avec Sandefjord en Eliteserien. Gylfi Sigurðsson qui avait dominait son sujet la saison dernière, va devoir retrouver son meilleur niveau afin de qualifier l’Islande à l’Euro. En attaque, Jóhann Guðmundsson, Alfreð Finnbogason et Björn Sigurðarson sont souvent blessés et vont devoir travailler deux fois plus pour retrouver leur meilleur niveau. Árni Vilhjálmsson (Kolos Kovalivka) semble de retour à un excellent niveau après une demi-saison blanche avec Nieciecza tandis que Andri Bjarnason a fait – on peut d’ores et déjà l’affirmer – un mauvais choix de carrière, en rejoignant le FC Kaiserslautern en troisième division allemande puisqu’il ne joue pas…

L’année 2020, année de compétition internationale s’annonce palpitante, avec de nombreux rebondissements, avec des hauts, des bas mais surtout de belles surprises !

2 thoughts

    1. C’est vrai qu’on en parle peu de l’article à part dire qu’il a éclot en 2019. On espère qu’il va confirmer en club cette saison au CSKA pour espérer viser un bon club du top 5 ensuite.
      Et qu’Hamrén va plus l’utiliser en sélection en 2020 comme lors des derniers matchs de 2019, il doit incarner cette nouvelle génération islandaise qui arrive !

Répondre à Nicolas Annuler la réponse.