Plus les jours passent vers l’automne, plus le titre de champion de Norvège se rapproche du Nord et de la ville de Bodø. Havre de paix au chevet des Fjords dans le comté de Nordland, le club de football du coin, le FK Bodø/Glimt rayonne autant que le soleil couchant sur la ville et la mer de Norvège en cette année 2020. Jamais champion de Norvège de son histoire, le club le plus au Nord d’Eliteserien réchauffe cette année les passions et les cœurs de l’Aspmyra Stadion en menant la danse et la première place grâce à un groupe solide et un coach sûr de sa tactique comme on le découvrira par la suite.

De la tradition de la brosse à dent en passant par les années de galère en division inférieure ou son stade « à l’anglaise », il y aurait tellement de choses à étudier sur ce club. Tout ce que l’on sait aujourd’hui, c’est qu’ils ont atteint le 3e tour préliminaire de la Ligue Europa face au géant milanais et que les hommes de Knutsen sont à 2 matchs d’écrire une nouvelle page d’histoire. Pour cette soirée exceptionnelle, je vous propose donc de vous amener au cœur du vestiaire et de la tactique utilisée par le technicien Kjetil Knutsen. Dans les constructions de jeu qui amène le jeu offensif tout en évoquant les individualités qui peuvent faire la différence offensivement. En résumé, je vais vous expliquer ce qui fait de Bodø le leader d’Eliteserien qu’il est, en détaillant leurs principales forces.

A lire aussi : Bodø/Glimt : Jeu, Set et bientôt match ?

Tout d’abord, on va rappeler très probable qui sera mis en place ce soir avec un 4-3-3 :

A partir de là on va donc pouvoir détailler les individualités et la position de chacun en jeu de possession. On peut déjà remarquer en regardant l’une des équipes nordiques les plus intrigantes en 2020, que la position du bloc équipe est très spécial. On perçoit alors qu’en possession du ballon cette équipe joue très très haut sur le terrain. Et pour cause l’objectif de Knutsen est véritablement de provoquer le surnombre dans le camp adversaire, afin de trouver des relais dans l’axe pour amorcer une attaque. Ou bien de pouvoir faire circuler le ballon sans véritablement craindre de pressings, surtout quand on connaît les qualités de relances de Patrick Berg ou les forces en transition des deux défenseurs centraux de Bodø.

Pour évoquer désormais le placement non pas du XI mais de chaque poste, on peut déjà parler des deux centraux en phase de possession. Ils sont très souvent à l’intérieur ou à quelques mètres du rond central dans le but de faire tourner le ballon et de trouver des solutions vers l’avant ce qui est plus classique. Ce qu’il l’est moins c’est leur apport dans le jeu offensif notamment à la création. Je m’explique, par leurs renversements sur l’ailier opposé et leurs précisions dans leurs passes vers l’avant, notamment sur les milieux centraux, ils peuvent créer l’incision qui déstabilise un bloc équipe et ouvre des espaces pour développer le jeu offensif plus haut sur le terrain. On retiendra également de la paire Lode – Hoibraten leur attrait vers l’avant puisqu’il n’hésite pas à avancer balle au pied pour faire reculer le bloc adverse lorsqu’ils ne sont pas pressés afin de libérer des espaces sur les latéraux ou trouver les deux milieux centraux.

Deux joueurs qui sont tout aussi importants ? Comment ne pas parler des ailiers que sont Philip Zinckernagel et Jens Petter Hauge, tous deux jouant en faux pied. Ils se placent toujours le long de la ligne de touche à la limite du hors-jeu, ce qui permet notamment d’étirer le bloc. Ces deux joueurs sont très importants dans la création du jeu notamment par leurs qualités de percussions et de vision du jeu, on les remarque surtout par leurs forces à être décisif que ce soit dans la passe ou dans la finition. On appréciera également leur attrait à prendre la profondeur ou à demander le ballon côté opposé. Enfin ils font souvent les différences individuellement et sont indéniablement des révélations d’Eliteserien cette saison.

Parlons désormais des latéraux, ils sont quant à eux positionner plus dans l’axe à trois, quatre mètres de la ligne de touche généralement et plutôt hauts pour participer au jeu. Leur importance est vitale dans le jeu du club « à la brosse à dents » notamment dans la création des triangles sur les côtés que l’on détaillera par la suite et par leurs qualités de vision du jeu, de vitesse ou de centre. Mais aussi par leur complicité avec les deux ailiers ainsi que pour apporter le surnombre et déstabiliser le bloc adversaire lorsque les milieux centraux sont haut et que le ballon est à l’opposé, ils aiment se recentrer quelque peu. Les latéraux de Bodø sont le fer de lance de l’animation offensive de cette l’équipe norvégienne.

Avant d’évoquer le « chevalier » Kasper ou le « Roi » Berg, je vous propose de vous former d’amitié avec les valets Fet et Saltnes. Deux joueurs au grand cœur surement, mais surtout aux grands poumons, eux qui ont encore plus que les autres sur le dos les tâches défensives quand leur équipe n’a pas le ballon. Ils se doivent d’être impliqués offensivement et autant dire qu’ils ne se cachent pas lorsque le ballon dort bien tranquillement entre les pieds des deux défenseurs centraux. Les deux milieux centraux se placent très haut en possession du ballon au niveau de Junker, mais légèrement plus bas de quelques mètres et moins recentré puisqu’ils vagabondent (quand l’adversaire est en 4-4-2 ou en 4-3-3) dans les deux triangles adverses formés par les latéraux, leurs ailiers respectifs et les milieux centraux, pour être trouvés notamment par Berg ou les deux défenseurs centraux. Ce placement dos au jeu des deux MC peut être extrêmement providentiel et révélateur de la force de Bodö quand on s’y intéresse un peu plus en détail.

Tout d’abord, le fait d’être haut dos au jeu leur permet d’avoir un appui direct sur le latéral ou le défenseur central, mais également de pouvoir orienter le jeu de leur pied fort sur le côté avec l’ailier sur la ligne de touche. Ce positionnement permet également de faire reculer le bloc adverse et donc de permettre à la défense de monter très haut sur le terrain pour écarter sur les côtés. Ces deux joueurs sont dotés de qualités invraisemblables dans la lecture du jeu et dans le placement, ce qui fait qu’ils sont souvent décisifs notamment Saltnes plus offensif que son collègue Fet. Tant qu’on évoque le milieu de terrain, il est inévitable d’oublier celui qui a vu son nom être paraphé sur la liste de la sélection nationale norvégienne pour la première fois lors du dernier rassemblement, j’ai nommé Patrick Berg.

Et oui une première à 22 ans pour lui, dirons-nous mérité au vu de son rôle de chef d’orchestre sur le terrain dans la saison monstrueuse de Bodö. Rôle qu’il réussit à merveille, dans une équipe où il coordonne le jeu, dicte son rythme et l’oriente. Berg est la plaque tournante de Glimt quand il rayonne juste devant la défense. Placé bas dans son rôle de 6, ce style de meneur de jeu reculé lui colle à la peau et fait de lui un homme libre sur le terrain, toujours disponible et démarqué pour aider ces coéquipiers à ressortir où faire tourner le ballon. Une fois balle au pied, il réussit très souvent à trouver l’incision par une passe laser dans l’intervalle ou à trouver les ailiers par sa sublime « patte » droite. Véritable métronome du jeu de Bodo, ses qualités se ressentent à chacune de ses touches de balles. De par sa capacité de création, il est celui qui va faire la passe ou débloquer le manque d’inspiration de son équipe pour enclencher une attaque. Berg, Bodö, l’évidence est toute faite, ce joueur est l’exemple le plus parlant quand on parle la saison excellente de Bodö et de son jeu lissé.

Pour finir, on va évoquer Kasper, il joue n°9, il marque des buts, il est danois, il a joué dans les sélections jeunes… Non, ce n’est pas Dolberg mais bien Kasper Junker qui occupe le poste de buteur du côté de Bodö. Joueur très axial, il se place toujours entre les deux défenseurs centraux adverses. Junker aime jouer ecn appui-remise notamment avec les milieux centraux qui gravitent à ses côtés ou en point d’appui simple quand il n’y a pas de solution. Junker n’en est pas moins aussi amené à servir ses coéquipiers qui prennent la profondeur. Joueur grand et bon dans la finition, lui-même apprécie aussi les espaces derrière la défense tout en n’étant pas moins utile pour ses coéquipiers notamment par ses appels pour ouvrir des brèches. Ou également dans sa participation au jeu offensif dans la surface, elle qui met sa générosité en valeur, Junker n’en est pas moins un tueur devant le but quand il déclenche.

Quand c’est fini, il y en a encore, bien oui puisque ce soir cela devrait être Victor Okoh Boniface qui occupera la pointe à la place de Kasper. A seulement 19 ans, le jeune nigérian aux 8 buts et 2 passes décisives en 19 matchs joués cette saison toutes compétitions confondues sera le point d’appui de cette équipe (193cm). Il devrait se faire remarquer par sa qualité pour proposer des solutions dans la construction, mais aussi par ses appels et son jeu de tête qui font de lui un point de fixation jeune, talentueux et finisseur dans l’âme. Il aura fort à faire ce soir, mais pourrait faire parler sa technique pas forcément la plus mauvaise pour son profil et son âge.

Circuits offensifs préférentiels et construction des actions

Quand on évoque les principales qualités offensives de Bodo, il est évident que l’apport des côtés et du milieu de terrain est central dans la construction du jeu pour amener le danger dans la surface. On va donc à travers cette partie évoquer les différents schémas de construction qu’utilise Bodö pour amener le ballon proche de la surface. Pour commencer, on va évoquer la situation où les défenseurs n’ont pas de solutions et où le ballon n’arrive pas à dépasser la ligne du milieu de terrain adverse. Dans ce cas Bodö n’hésite pas à déclencher des appels ou des mouvements, c’est notamment et surtout le cas sur les côtés avec des latéraux qui prennent la profondeur laissée par leurs ailiers respectifs repliés dans l’axe, ce qui permet un débordement et une passe dans la profondeur qui amène le ballon plus haut et proche de la surface de réparation.

De temps en temps, on passe également sur les côtés, mais par les deux milieux centraux avancés dans le triangle adverse entre le latéral, le milieu défensif et le joueur qui couvre soit Sampsted ou Björkan. Pour trouver l’ouverture, le latéral de Bodö reste sur sa position, mais pourrait même s’écarter sur la ligne de touche, tandis que l’ailier lui est sur la ligne de touche pour écarter le triangle et l’espace entre le défenseur central adverse et le latéral. Cette combinaison ouvre une fenêtre de passe pour le défenseur central sur Fet ou Saltnes selon le côté. Bodö peut également parfois faire confiance à ses individualités et à la vision du jeu de ses joueurs, notamment sur les côtés. Les latéraux jouent aussi très bien les contres ou les récupérations hautes du terrain en débordant, tandis que l’ailier se recentre pour ouvrir le côté et le milieu vient proposer une solution pour que le ballon puisse revenir dans l’axe.

On observe souvent quand le bloc adverse est déstabilisé, les latéraux faire la différence face à leurs vis-à-vis notamment en repiquant dans l’axe pour orienter le jeu sur Hauge – Zinckernagel ou trouver un des deux milieux centraux. Boniface ou Junker peuvent être également la solution tout comme le latéral opposé ou Patrick Berg. Désormais on va un peu plus se concentrer sur l’importance de Berg justement, joueur avec un volume de jeu impressionnant, le manque de créativité de ses partenaires défensifs est souvent comblé par son sens de la passe ou de l’orientation du jeu.

En effet, quand les défenseurs sont en difficultés dans la relance, Patrick Berg n’hésite pas à revenir plus bas voire très bas tout comme les milieux centraux devant la première ligne défensive adverse pour trouver des relais et faire bouger le bloc adverse. On voit alors toutes les qualités du milieu offensif reculé qui ouvre le jeu par ses passes dans les intervalles sur les ailiers ou en réussissant à trouver des relais d’une deux. Il n’hésite pas à accompagner le ballon quand celui-ci est dans les pieds du latéral pour être plus haut que les défenseurs centraux et ainsi pouvoir tenter des passes sur les milieux centraux avec plus de réussite.

Une autre caractéristique de Bodö que l’on peut observer très souvent dans la construction, c’est l’utilisation des qualités des joueurs. Notamment pour trouver une solution, les joueurs de devant bougent beaucoup notamment les deux ailiers qui aiment repiquer balle au pied mais qui sont également de très bon relais aux défenseurs centraux ou à Patrick Berg. Il n’est pas rare de voir qu’aucun circuit ne fonctionne pour amener le ballon dans les pieds des ailiers qui peuvent alors monter le ballon, repiquer et faire grandement avancer le bloc. Dans ce cas, le milieu central opposé au défenseur fait un appel dans la profondeur entre le latéral et le défenseur central adverse pour faire reculer le bloc et ainsi libérer l’ailier collé à la ligne de touche de son marquage. Ils peuvent donc sans grands soucis être servis par la qualité de passe de la défense et de Patrick Berg. 

Dans le développement des attaques, Bodö joue avec des ailiers souvent dans la surface avec des latéraux très haut pour être une solution si les ailiers ne trouvent pas Saltnes ou Fet placés à l’entrée de la surface en appui remise. Ce style de jeu permet donc souvent au milieu offensif d’être décisif par la passe ou la finition. Il offre également aux ailiers la possibilité de jouer sur leur pied fort et d’être très recentré dans la zone de vérité pour ainsi apporter le surnombre, être sur les seconds ballons éventuels ou d’assurer la finition. Enfin de manière générale offensivement, Bodö est très bon dans par le réalisme de ses joueurs qui cette saison ratent très peu souvent le coche.

Que cela soit par des styles d’attaques différents des schémas de positions que l’on a évoquées ou par des contre-attaques souvent bien emmenés par Hauge ou son confrère à droite. Cette équipe est tout simplement trop forte pour se voir refuser son premier titre de champion de Norvège. Avant cela, il faudra se confronter ce soir à l’AC MIilan finalement sans Zlatan Ibrahimovic atteint du COVID, pour représenter le pays des Fjords dans un match qui risque d’être spectaculaire sur la pelouse de San Siro.


Merci à tous, j’espère que cette analyse vous aura donné envie de suivre ce match et plus particulièrement cette fin de saison historique pour le club actuel leader d’Eliteserien. J’ai apprécié détailler le jeu de Bodö et ses individualités dont je pense vous avoir fait le plus beau des portraits. Un petit mot à Hallvar Thoresen de chez Instat de m’avoir permis de réaliser ce travail. Je vous souhaite un bon match, de notre côté on croise les doigts pour que l’improbable se réalise.

Laisser un commentaire