Au Danemark, une personne attend le début des JO avec un peu plus d’impatience que les autres. Niels Frederiksen, entraîneur des U21 danois, ne pensait sûrement pas avoir autant de difficultés à définir les contours de son équipe olympique. Défections, blessures, clubs récalcitrants, rien ne lui aura été épargné…

Pourtant, le tirage avait été assez clément avec le Danemark : Irak, Afrique du Sud et l’hôte brésilien se dresseront face aux Vikings dans un groupe A qui leur laissait de bonnes chances de se qualifier. Deux matchs pour se mettre en jambes et engranger de la confiance, contre l’Irak et l’Afrique du Sud, loin d’être les adversaires les plus dangereux du tournoi, avant un premier gros test contre un des favoris du tournoi : le Brésil de Neymar et Marquinhos. Une entrée en matière plutôt aisée et une deuxième place largement atteignable pour un groupe talentueux.

G2dtFYJX

Toutefois, de nombreuses absences sont venues affaiblir l’équipe de Frederiksen. Le groupe envoyé à Rio ressemble peu à celui qui offrit la qualification aux JO en 2015. Emmenée par son capitaine Lasse Vibe, l’équipe fait la part belle à la jeunesse, avec dans ses bagages des joueurs inexpérimentés mais plein d’envie. Niels Frederiksen aura fort à faire pour emmener sa sélection le plus loin possible dans le tournoi. Un vrai casse-tête pour l’entraineur, qui pourra toujours tenter d’invoquer à nouveau l’esprit de 1992…

Les joueurs que vous auriez pu suivre

Yussuf Yurari Poulsen

Atout offensif numéro un de son équipe, le buteur danois a décliné la sélection au dernier moment, à la surprise générale. Ancien joueur de Lyngby, où il s’était révélé lors de la descente du club en 1. Division (11 buts en 30 matchs), Yussuf Poulsen avait déjà surpris bon nombre d’observateurs en rejoignant le RB Leipzig, fraîchement promu en 3.Liga en 2013. Un choix payant aujourd’hui. Pièce maîtresse de l’effectif allemand (27 buts entre 2013 et 2016), il s’apprête à découvrir la Bundesliga. Le RB Leipzig visant les premières places, Poulsen s’est résigné à rester en Allemagne afin de préserver son statut de titulaire. Il aura fort à faire face à la concurrence du prometteur Timo Werner, récemment arrivé au club.

Lasse Vigen Christensen:

Le milieu danois avait répété son envie de participer aux JO de Rio avec ses coéquipiers. Cependant, son club, Fulham (Championship), ne l’entendait pas de cette oreille. Le joueur a donc dû faire une croix sur le tournoi olympique, privant le milieu de terrain danois de son talent. Auteur de 27 matchs la saison dernière, le joueur s’est imposé comme une pièce maitresse du système anglais, qui compte sur lui dès le début de saison. Ses capacités de percussion, sa science du jeu et la précision de son pied gauche manqueront cruellement à la formation scandinave.

Andreas Christensen:

A l’instar des deux joueurs précédemment cités, le défenseur du Borussia Mönchengladbach (prêté par Chelsea) a été conservé par son club en prévision du début du championnat. Son année 2015-2016 a été exceptionnelle. Malgré ses 20 ans, il s’est imposé comme un titulaire inamovible de la défense à 3 du Borussia.  Preuve s’il en est de sa très bonne saison, il a même été élu meilleur joueur du club, devant le capitaine Xhaka. Son absence et son expérience des matchs de haut niveau (5 matchs de LDC avec le Borussia) va forcément handicaper sa sélection.

Niels Frederiksen ne pourra pas non plus compter sur de nombreux autres joueurs, dont le forfait était toutefois plus probable : Pione Sisto, parti faire les beaux jours du Celta Vigo, Pierre-Emile Højbjerg, qui a rejoint le Southampton de Claude Puel, Viktor Fischer, en pleine prépation à Middelsbrough, Riza Durmisi, désormais joueur du Bétis Séville ou Lucas Andersen, l’ancien milieu de l’Ajax à la recherche de temps de jeu à Zurich. Les jeux olympiques n’étant pas une compétition reconnue par la FIFA, mais seulement organisée par elle, les clubs ne se retrouvent pas dans l’obligation de libérer leurs joueurs qui souhaiteraient y participer. Niels Frederiksen s’est ainsi retrouvé face à une situation ubuesque, obligé de modifier plusieurs fois sa liste. Difficile dans ses conditions de créer un collectif capable d’aller jouer la médaille olympique.

Les joueurs à suivre

Nicolai Brock Madsen

Ancien joueur de Randers, le jeune attaquant joue aujourd’hui au Birmingham FC. Il sort d’une saison difficile, où une blessure a ralenti sa progression. Ne disputant que six matchs sur l’ensemble de l’année, il n’a pas eu le temps de jeu nécessaire à un joueur de son âge pour progresser. Il a profité de la préparation pour marquer quelques buts importants, comme contre la Corée du Sud. Mené 1-0, le Danemark a pu compter sur lui dans les derniers instants du match pour égaliser. S’il parvenait à retrouver de la confiance, il pourrait être une des belles surprises du tournoi.

Lasse Vibe

Le joueur le plus âgé de l’équipe, du haut de ses 29 ans. Capitaine de la sélection olympique, il sera un guide pour ses jeunes partenaires. Après un superbe passage à l’IFK Göteborg, Vibe a signé à Brendford. Sa fin de saison canon (7 buts sur les 7 derniers matchs) a levé les quelques doutes qui ont accompagné ses débuts. L’atout numéro un de Niels Frederiksen.

téléchargement

Jacob Bruun Larsen

Vainqueur du championnat U19 avec Dortmund et appelé par Thomas Tuchel pour participer à la tournée estivale, le jeune milieu peut être la belle surprise de cette équipe danoise. Il n’aura rien à perdre et tout à gagner dans un effectif jeune et sans repère. Une occasion de s’affirmer, afin de postuler à un autre statut à son retour en Allemagne ?

Pourquoi le Danemark peut déjà tirer un trait sur une médaille ?

Soyons réaliste : la sélection danoise, amputée de ses meilleurs éléments, ressemble plus à une colonie de vacances qu’à une escouade taillée pour le titre. Sans faire injure à ces joueurs, l’effectif paraît bien trop léger pour passer les ¼ de finale. Leur jeunesse et leur inexpérience paraissent être un obstacle insurmontable lorsque se présenteront les grosses équipes du tournoi : le Brésil, mais aussi l’Argentine, l’Allemagne ou le tenant du titre mexicain. Deux victoires contre l’Irak et l’Afrique du Sud et une qualification pour les phases finales devrait a priori satisfaire Niels Frederiksen et ses hommes.

Pourquoi le Danemark va remporter les JO ?

Après tout, le Danemark n’est jamais aussi bon que lorsque qu’ils ne sont pas attendus. En 1992, l’équipe danoise, appelée de dernière minute après la défection de la Yougoslavie, remportait l’Euro. C’est dans cet état d’esprit que Jacob Bruun Larsen entre au jeu contre l’Irak, lorsque son équipe est menée 1-0. Auteur d’un but et d’une passe décisive, Niels Frederiksen décide de lui confier les clés du jeu danois. Après une victoire nette contre l’Afrique du Sud (3-0), les scandinaves s’arrachent pour aller chercher un match nul contre le pays hôte (0-0), dans une Arena Fonte Nova chauffée à blanc. La suite ? La Colombie de Teo Gutierrez et l’Argentine de Lo Celso se cassent les dents sur une équipe danoise réaliste, bien aidée par Lasse Vibe qui retrouve au Brésil une seconde jeunesse. La finale contre le Brésil est un remake du match de poule. Les deux équipes se neutralisent et se dirigent vers les prolongations. Nicolai Brock Madsen, servi par Bruun Larsen, s’élève au-dessus de Marquinhos et délivre alors d’un coup de tête rageur son équipe, avant d’être recruté pour quelques dizaines de millions de livres par un cador anglais. Alors qu’on leur promettait l’enfer, les jeunes danois repartent l’air de rien avec la médaille d’or autour du cou.

 

One thought

  1. Aucune réference à Pascal Gregor, c’est moche ^^
    Premier match bien dégueulasse des danois au passage, même le quart c’est pas gagné …

Répondre à Colttm Annuler la réponse.