Olga Ahtinen international finlandaise et milieu de terrain de Brøndby, s’est confiée en exclusivité pour Nordisk Football. Elle revient sur son parcours. Elle donne son avis sur la place du football féminin dans sport, des propos recueillis en coopération avec Unisport.

 

Vous jouez pour l’équipe nationale de Finlande depuis vos 15 ans. Qu’est-ce que ça fait de passer de l’équipe des jeunes à l’équipe nationale de Finlande, son propre pays ?

On ressent toujours de l’honneur lorsque l’on porte le maillot de son pays, en particulier si on joue pour l’équipe A. Je pense que le fait de passer de l’équipe des jeunes à l’équipe A et quelque chose de très important pour un jeune joueur. C’est une sorte de confirmation et de marque de confiance.

 

Comment est-ce que vous en êtes arrivée à devenir joueuse de football professionnelle ? Est-ce que c’est quelque chose que vous avez toujours voulu faire ?

J’ai commencé à jouer au football parce que ma grande sœur jouait déjà depuis plusieurs années. Lorsque j’ai commencé le foot à l’âge de 6 ans j’étais déjà très sérieuse et disciplinée, d’une certaine manière je savais que c’était ce que je voulais faire. Devenir joueuse professionnelle était mon rêve depuis le début.

j’espère bien sûr qu’un jour les gens respecteront les joueuses pro autant que les hommes.

Le football est un sport qui demande beaucoup de temps entre les entraînements et déplacements. Est-ce que cela est compliqué de combiner une vie de joueuse professionnelle avec votre vie privée ?

Depuis que j’ai commencé le football je suis très sérieuse et concentrée sur mes objectifs, cet état d’esprit m’a toujours aidé à suivre mon rêve. Je n’ai pas l’impression que je manque quelque chose car le football donne beaucoup. Mais je ne peux pas nier le fait que j’aimerais être plus proche de ma famille et mes amis.

 

Le milieu du football est très majoritairement masculin. Comment est-ce que les gens réagissent lorsque vous leur dites que vous êtes joueuse professionnelle ? Est-ce que cela surprend ?

De nos jours être une joueuse de football professionnelle ne surprend pas tant que ça, mais j’espère bien sûr qu’un jour les gens respecteront les joueuses pro autant que les hommes.

 

Malgré votre jeune âge vous êtes très expérimentée grâce à de nombreuses années sous le statut de professionnelle. Sur le terrain comment est-ce que vous vous sentez, plutôt comme une joueuse jeune, ou au contraire, comme une joueuse mature ?

Même si j’ai déjà joué depuis de nombreuses années en club et en équipe nationale, je me sens toujours comme une jeune joueuse. Je joue avec des coéquipières plus jeunes que moi mais cela ne m’empêche pas de toujours me sentir assez jeune. Être une joueuse expérimentée et une joueuse mature est différent, mais c’est grâce à l’expérience que vient la maturité.

 

L’équipe de Finlande féminine dispute actuellement la phase de qualification pour la prochaine Coupe du Monde Féminine de 2019 et qui se déroulera en France. Quels sont vos objectifs personnels et collectifs pour ce grand tournoi ?

Nous sommes dans un groupe très difficile avec des équipes comme l’Espagne et l’Autriche, mais je pense que si on parvient à développer notre jeu en jouant tous les coups à fond, alors nous aurons une chance de nous qualifier. Donc je dirais que d’un point de vue collectif nous visons la qualification, et d’un point de vue plus personnel j’espère pouvoir rendre une copie la plus propre possible. La Coupe du Monde est un très grand tournoi et nous espérons pouvoir porter les couleurs de la Finlande le plus loin possible.

 

Le football féminin se développe beaucoup en France grâce à des clubs tels que le PSG ou l’OL, qu’est-ce que vous en pensez ? Et est-ce que vous remarquez aussi cette tendance dans les pays du Nord ?

Je trouve ça génial que des clubs comme le PSG ou l’OL grandissent et se développe en France mais aussi à l’international, de cette façon les gens s’intéressent de plus en plus au football féminin et il devient ainsi plus populaire. Dans les pays du Nord ça grandit aussi mais pas à la même vitesse quand Europe du Sud.

Photo via Unisport

 

En plus de l’équipe nationale finlandaise vous jouez aussi pour le club de Brøndby IF au Danemark (Superliga). Est-ce que vous voudriez jouer dans d’autres ligues, en France par exemple ? Est-ce qu’il y a un club dans lequel vous rêveriez de jouer ?

Lorsque j’étais un enfant mon rêve était de jouer à l’étranger dans une ligue forte comme en France par exemple. Les meilleures équipes françaises font partie des meilleures équipes d’Europe donc jouer pour ce genre d’équipe serait un rêve devenu réalité. Pour l’instant je me concentre sur mon club en essayant de progresser et apporter un maximum à l’équipe.

 

Votre poste est milieu de terrain, quel genre de joueuse êtes-vous ?

Je joue en tant que milieu défensif ainsi qu’en numéro 8, donc un peu plus devant. J’aime beaucoup toucher le ballon, faire des passes qui transpercent la défense et donner le rythme du jeu.

 

Est-ce que vous avez des conseils pour toutes les jeunes filles qui souhaitent devenir footballeuses professionnelles ? Quelle est votre clé de votre succès ?

Un très grand joueur de hockey finlandais, Teemu Selänne, a dit que « le développement de chacun se termine lorsque vous êtes satisfait », et je pense que c’est tout à fait ça. Je pense que le plus important c’est de prendre du plaisir !

 

 


Photo à la Une: via palloliitto.fi

Laisser un commentaire