En voilà un qui n’oubliera pas cet été 2019 de sitôt ! Entre examens, blessure et mercato, Joachim Andersen, défenseur central danois de la Sampdoria de Gênes, est à un tournant de sa jeune carrière. Et on a sacrément hâte de voir la suite !

 En ce 4 juin, c’est tout sourire et diplôme à la main, que Joachim quitte la salle d’examens de l’Albertslund Gymnasium, établissement d’enseignement secondaire supérieur de la banlieue ouest de Copenhague. L’école, qui se spécialise notamment dans l’accompagnement des sportifs de haut niveau de la fédération danoise, partage fièrement la vidéo de la scène sur son compte Instagram. Sous les flashs des photographes et les félicitations de ses proches, le jeune homme reçoit des mains de sa petite sœur la casquette blanche et bleue qui symbolise sa réussite de « student ».

En tant que membre des sélections de jeunes, il suivait depuis 6 ans et son départ à l’étranger, un cursus en ligne afin de valider ses études, option commerce international. « Quand vous êtes jeune, vous ne savait pas où vous mènera votre carrière. Expliquait-il à Tipsbladet. Alors cela pouvait être une bonne idée de passer [l’examen] ». À l’heure des adieux, Joachim Andersen n’oublie pas de remercier la professeure qui l’a accompagné via Skype durant toutes ces années. C’est donc avec son cadeau sur les épaules, un maillot de la Samp, qu’elle le félicitera une dernière fois.

Mais pas de grosse fiesta ni de voyage entre potes pour célébrer la fin de ce qu’il qualifie de « fantastique travail d’équipe » ! Dans l’après-midi, ce pilier des Espoirs a rendez-vous avec sa sélection qui prépare l’Euro. À tout juste 23 ans, il a porté le maillot danois, et parfois le brassard, dans toutes les catégories depuis les U16. Il a même été appelé en A par Åge Hareide au mois de mars, sans entrer en jeu. C’est donc avec l’appétit de bien figurer dans une dernière compétition avec les U21 qu’il rejoint le camp de base à Skodsborg. Mais quelques jours après les taquineries et les dédicaces de ses coéquipiers sur sa casquette de « student », le couperet tombe. Insuffisamment remis d’une blessure contractée fin avril, le défenseur doit déclarer forfait. Dans un message touchant sur Instagram, lui-même se dit « dévasté » de devoir conclure qu’il n’est pas prêt pour cette compétition. Il s’agit également d’un coup très dur pour le sélectionneur Niels Frederiksen et son équipe.

Pas facile en effet, de remplacer une telle pièce, même dans un puzzle de joueurs pour le moins prometteurs. Car avec lui, cette équipe Espoirs du Danemark semblait être l’une des plus complètes et des mieux armées des dernières années. Entre les Robert Skov, Jacob Bruun Larsen ou autres Billing, Maehle et Skov Olsen, il y a de quoi faire. Mais l’apport d’un Joachim Andersen dans une formation n’est pas négligeable. Celui qui a fait ses premiers pas de footballeur au Greve Fodbold (où l’on ne s’arrête jamais de travailler…) marque d’abord par son attitude calme, sereine, parfois à la limite de la nonchalance.

À l’aise axe gauche ou axe droit, il est capable de porter le ballon, de s’avancer sur le terrain et de relancer proprement. Son pied droit est efficace dans le jeu long. Au sol, il a la capacité de transpercer les lignes par des passes aux angles bien trouvés, bien qu’il hésite encore trop souvent à les tenter. En Serie A, il est l’un des joueurs à réussir le plus de transmissions, notamment sur longue distance, domaine dans lequel seul Marcelo Brozovic fait mieux parmi les joueurs de champ à plus de vingt matchs disputés.

Car oui, le Danois s’est imposé dans le onze titulaire de la Sampdoria. Après avoir évolué au FC Copenhague de 2009 à 2011, Joachim intègre l’école de foot réputée de Midtjylland. « Il n’avait pas le charisme d’un adolescent de 15 ans. Il était plus mature. Et il était génial. 1, 90 m déjà et physiquement fort. » expliquait René S. Andersen, entraîneur des U19 de l’époque, au journal BT en janvier dernier. Il tape dans l’oeil des scouts du FC Twente, au Pays-Bas. Après un essai fructueux en 2013, le garçon de 17 ans est transféré pour environ 650 000 €. D’abord membre de Jong Twente, il passe au groupe pro en 2014. Sept apparitions en Eredivisie à la fin de l’exercice 2014/2015 lui permettent de s’imposer et de disputer 18 puis 22 rencontres les saisons suivantes.

Joachim Andersen, un défenseur central ayant du ballon, ici sous le maillot de Twente. Crédit photo : Instagram joueur.

C’est en août 2017, alors qu’il a plusieurs offres de l’étranger, que Joachim Andersen débarque à Gênes pour 1,5 millions d’euros. Il explique son choix par son envie d’apprendre de la culture défensive italienne et par la faculté de la Sampdoria à faire progresser les jeunes talents qu’elle déniche un peu partout. Une « Doria exploratrice » en quelque sorte…(!)

Là encore, le fils de Jacob Andersen, Président du Conseil d’Administration du club danois de Vendsyssel, profite de la fin de sa première saison au club, pour gratter du temps de jeu en Serie A et montrer ce dont il est capable. À tel point que le 26 août 2018, il est titulaire face à l’Udinese lors de la 2e journée 2018/2019, pour une place dans le onze de Marco Giampaolo qu’il ne quittera plus. En plus de ses qualités déjà évoquées, le danois, qui culmine à plus d’1 m90, séduit par son placement intelligent, ses interceptions bien senties et sa mobilité, bien que la vitesse ne soit pas son principal atout.

Malgré tout, des sautes de concentration semblent parfois mettre à mal ces capacités. On l’a vu plusieurs fois être aspiré par le ballon tandis qu’un adversaire s’engouffrait dans l’espace qu’il libérait derrière lui. De même, il lui arrive de se lancer vers un adversaire à contretemps, se retrouvant ainsi hors de position dans la défense. « Son principal défaut, c’est une certaine forme de naïveté » nous confirme Michaël Magi, qui tient un compte de supporters français de la Samp sur Twitter. « Pour qu’Andersen soit bon, il lui faudra être à côté d’un guerrier. Il bonifiera ses aptitudes au combat et pourra peut-être prendre plus de risques, parce qu’une chose est sûre : il est très propre techniquement. » ajoute-t-il.

Et si, comme le note Michaël, « il faut aussi qu’il progresse sur corner offensif », le joueur en a déjà montré assez pour séduire de nombreux grands clubs européens. Tottenham a rencontré plusieurs fois son entourage, Arsenal et l’OL auraient fait des offres. Le Milan AC, dont le nouvel entraîneur est… Marco Giampaolo est également sur le coup. Ces jours-ci, Joachim Andersen a d’ailleurs confirmé son départ de Gênes. Il choisira sa destination bientôt. C’est certain, l’enfant de Greve Fodbold est devenu un joueur encore perfectible, mais au talent et au potentiel désormais connu de tous.

Laisser un commentaire