Ben Rosen est un jeune préparateur physique anglais qui est en fonction avec la sélection danoise
depuis 2 ans ainsi que du club suédois de Malmö. À seulement 28 ans, il va participer à sa première
Coupe du Monde au sein d’un staff et aura la lourde tâche de préparer les joueurs danois à cette grande compétition.

Découvrez notre interview pour mieux comprendre l’envers du décor de la préparation à une telle
compétition et de ce préparateur physique au parcours incroyable :

(English version below)

1/ Bonjour Ben Rosen, pouvez-vous nous présenter votre parcours jusqu’à devenir préparateur physique de la sélection danoise (études, débuts,…) ?

J’ai commencé mes études à l’Université de Southampton Solent en 2008 en étudiant les sciences du sport appliquées. Le parcours était excellent et m’a donné de belles occasions de travailler avec des équipes et des athlètes d’élite. À la fin de ma deuxième année, j’ai écrit à l’entraineur physique des U18 de West Ham et passé la présaison de travail tous les jours en tant que stagiaire non rémunéré. Quand je suis retourné à Southampton pour compléter ma 3ème année d’étude, j’ai réussi à faire un stage avec l’équipe première de Southampton, travaillant aux côtés de l’entraîneur principal de fitness. J’ai fait cela en parallèle de mes études pendant ma dernière année.
Au cours des trois années suivantes, j’ai commencé à travailler à temps plein avec l’équipe première à Southampton jusqu’en 2013 quand on m’a offert le rôle d’entraîneur de fitness de tête à Malmö FF. Après 2 bonnes années, Åge Hareide, l’entraîneur principal, a quitté Malmö pour occuper le poste de sélectionneur de l’équipe nationale danoise. C’est à ce moment que j’ai commencé à travailler simultanément avec Malmö et le Danemark.

Questions spécifiques à la fonction de préparateur physique :

2/ Selon-vous quelle est l’utilité d’un préparateur physique et voyez-vous une évolution ces dernières années de cette fonction avec la science du sport ?

Je pense que la chose la plus importante est de se rappeler que le football doit venir en premier. Mon travail consiste à soutenir les entraîneurs et comme je travaille en amont de la performance (comme c’est le cas pour le développement des jeunes), tout ce que je fais doit contribuer à ce que l’équipe gagne un match à la fin de chaque semaine.
Je pense qu’au fil du temps, le plus grand développement a été dans la façon dont les entraîneurs entraînent les équipes afin de suivre les demandes tactiques. Cela a conduit à une augmentation des exigences physiques, ce qui signifie que nous, les entraîneurs de fitness, devons développer nos méthodes pour aider à cela.
Nous essayons de minimiser les sessions d’entraînement de charge «modérées». Nous essayons de nous concentrer davantage sur le fait d’être dans une phase de type récupération ou une phase de conditionnement au cours de la semaine.

Séance physique orchestré par Ben Rosen au sein du club suédois du Malmö FF.

3/ Comment vous organisez-vous pour le suivi de la charge d’entraînement et quelles méthodes/outils d’analyses utilisez-vous ?

Nous utilisons le système GPS STATSports Apex chaque fois qu’un joueur foule la pelouse pour surveiller exactement ce que fait le joueur. Nous avons des objectifs chaque jour et si nous nous retrouvons en dessous ou au-dessus de ces objectifs, il nous est très facile d’ajuster le plan d’entraînement de la semaine pour optimiser la compétence physique du joueur.
Par le passé, j’ai beaucoup utilisé les tests de salive et je crois qu’il y a de réels avantages à tirer de ce type de test en ce qui concerne la surveillance de la fatigue.

4/ À quel domaine accordez-vous le plus d’importance aujourd’hui en préparation physique (observation, préparation, ajustement, …) ?

Je pense que mon plus grand développement ces derniers temps a été la façon dont je prépare les joueurs pour chaque séance d’entraînement. Nous utilisons un programme très complet où les joueurs sont dans la salle de gym 30-45 minutes chaque matin avant l’entraînement. Nous essayons chaque jour d’améliorer les attributs des joueurs et de les préparer pour leur performance sur le terrain.

Questions spécifiques à la Coupe du Monde avec la Danemark :

5/ Comment se déroule une semaine de préparation physique en sélection, notamment avec le fait de voir les joueurs seulement environ une fois tous les uns ou deux mois ?

Mon plus grand objectif en travaillant avec une équipe nationale était d’essayer d’établir des relations avec les clubs. Plus nous pouvons partager d’informations entre nous, mieux nous pouvons personnaliser notre façon de traiter les joueurs. Certains joueurs sont capables de gérer plus de volume alors que d’autres joueurs ont besoin d’un volume d’entraînement plus faible et d’une intensité plus élevée.

Tout un groupe concerné, la force du Danemark.

6/ Quelles sont selon-vous les grandes différences entre être préparateur physique dans un club et dans une sélection ?

Dans un club, vous avez une approche à long terme pour développer les joueurs, alors que dans une équipe nationale, nous essayons plutôt de soigner les joueurs et de les préparer à jouer deux fois dans un très court laps de temps. Je vois le rôle de l’équipe nationale comme étant plus un travail de baby-sitting pour les clubs, n’essayant pas de changer trop de ce qu’ils ont l’habitude de faire au quotidien dans leurs clubs.
Alors que nous entrons dans une préparation pour la coupe du monde, mon travail se rapproche de celui d’un préparateur physique en club car nous avons les joueurs pendant 6 ou 7 semaines.

7/ Comment appréhendez-vous et préparez-vous avec les joueurs et le staff une telle compétition comme la Coupe du Monde, surtout après une fin de saison en club ?

Je passe beaucoup de temps avec l’entraîneur adjoint pour nous organiser afin d’optimiser le programme d’entraînement. Nous comprenons que les joueurs viendront généralement à nous dans un état fatigué avec des niveaux de condition physique élevés. Par conséquent, nous ne sommes pas en train de lancer un programme de pré-saison où nous essayons de construire les joueurs lentement, mais plutôt de voir comment nous pouvons maintenir leur forme physique actuelle tout en réduisant leur niveau de fatigue.
Il y a aussi une différence entre les minutes jouées entre le groupe au cours de la saison et certains joueurs viennent avec de petites blessures que nous essayons de prendre en charge. La planification est très importante!

8/ Que mettez-vous en place au niveau de la récupération et de la prévention des blessures à l’approche d’une Coupe du Monde qui est le principal risque pour les joueurs ?

Les joueurs bénéficient tous d’une semaine de repos avant de venir nous voir, ce qui leur permet de se rafraîchir la tête après une longue saison d’entraînement, presque tous les jours, et de jouer plusieurs fois par semaine. Comme je l’ai mentionné plus tôt, le travail que nous faisons en dehors du terrain d’entraînement est très important et nous essayons d’utiliser toutes les méthodes de récupération possibles.
La nutrition et le sommeil sont les deux éléments clés et nous avons essayé de les optimiser en nous accompagnant de deux chefs avec qui je travaille en étroite collaboration pour faire correspondre les exigences nutritionnelles à l’horaire d’entraînement et de match. Nous avons également travaillé avec Tempur pour individualiser les matelas avec lesquels les joueurs dormiront pendant notre séjour en Russie.

9/ À 28 ans, vous avez déjà connu la Premier League, été trois fois champion avec Malmö, découvert la Ligue des Champions et désormais vous allez découvrir la Coupe du Monde. Que peut-on vous souhaiter à l’avenir ?

J’ai toujours considéré mon propre développement comme une clé. Je ne suis qu’une petite partie du succès des équipes et je ne peux jamais cesser de développer mes propres méthodes de travail et de connaissance.

Ben Rosen, après le titre d’Allsvenskan avec Malmö en 2017, voyant l’aboutissement d’une année à préparer au mieux les joueurs.

Quelques autres questions en vrac :

Quels sont les joueurs de la sélection qui vous-ont le plus impressionnés au niveau de l’accélération et vitesse ?

Pione Sisto est très rapide en termes d’accélération avec une grande capacité à se débarasser des défenseurs dans les petits espaces, ses grandes capacités techniques aident aussi bien sûr.

Quels sont les joueurs de la sélection qui vous-ont le plus impressionnés au niveau du physique ?

Nous avons un groupe de joueurs extrêmement athlétiques, cependant Yussuf Poulsen de RB Leipzig est un athlète fantastique. Il a cette combinaison rare de vitesse et d’endurance qui est exigée dans le football.

Quels sont les joueurs de la sélection les plus travailleurs au niveau du physique ?

Jonas Knudsen d’Ipswich est un monstre en termes de rythme de travail!


1 / Hello Ben Rosen, can you present us your path to becoming the physical trainer of the Danish selection (studies, beginnings, …) ?

I began my education at Southampton Solent University in 2008 studying Applied Sport Science. The course was great and gave me some great opportunities to work with teams and elite athletes.
At the end of my 2nd year I wrote to the physical trainer for West Ham U18’s and spent the pre season working every day as an unpaid intern. When I went back to Southampton to complete my 3rd year of studying I managed to get myself an internship with the 1st team at Southampton, working underneath the head fitness coach. I completed this whilst studying during my final year.
Over the next 3 years I began working full time with the 1st team at Southampton until 2013 when I was offered the role of head fitness coach at Malmö FF. After 2 great years under head coach Åge Hareide he left Malmö to take up the role of head coach with the Danish National Team. It was at this point I began working concurrently with Malmö and Denmark.

Specific questions about the function of physical trainer:

2 / According to you what is the usefulness of a physical trainer in a team and do you see an evolution in recent years of this function with the science of sport?

I think that the most important thing is to remember that the football must come first. My job is to support the coaches and as I’m working at the performance end of the spectrum (as apposed to youth development), everything that I am doing has to contribute to the team winning a game at the end of each week.
I think that as time goes by the biggest development has been in the way that coaches are training the teams to support the tactical demands. This then has led to an increase in the physical demands meaning that we as fitness coaches need to develop our methods to help support this.
We try and minimise ‘moderate’ load training sessions. We try to focus more on being in a recovery type phase or a conditioning phase as we go through the week.

3 / How do you organize for monitoring the training load and what methods / analysis tools do you use?

We use STATSports Apex GPS system every time a player goes on the grass to monitor exactly what the player is doing. We have targets each day and if we end up below or above those targets it is very easy for us to adjust the rest of the week’s training plan to optimize the physical competence of the player.
In the past I have used saliva testing extensively and I believe that there are some real benefits to be gained from this type of testing when it comes to fatigue monitoring.

4 / In which field do you place the most importance today in physical preparation (observation, preparation, adjustment, …) ?

I think my biggest development in recent times has been the ways that I prepare the players for each training session. We use a very extensive program where the players are in the gym 30-45 minutes each morning before we train, each day trying to enhance the physical attributes of the players and preparing them for the on field demands.

Specific questions for the World Cup with Denmark:

5 / What happens during a week of physical preparation in selection, including seeing players only about once every one or two months?

My biggest goal coming into working with a national team was to try and build some kind of relationships with the clubs. The more information that we can share between ourselves, the better we can individualise how we treat the players. Some players are able to handle more volume whereas other players need a lower volume, higher intensity type of training schedule.

6 / What do you think are the big differences between being a physical trainer in a club and in a selection?

In a club you have a long term approach to developing the players, whereas in a national team setting we are more trying to look after the players and prepare them to perform twice over a very short space of time. I see the national team role as more of a babysitting job for the clubs, not trying to change too much from what they are used to doing on a daily basis in their clubs.
As we go into a world cup preparation now I move back to being more of a club fitness coach as we have the players for 6 or 7 weeks.

7 / How do you apprehend and prepare with the players and the staff for such a competition as the World Cup, especially after an end of season in a club?

I spend a lot of time with the assistant coach to plan how we can optimise the training schedule. We understand that the players will generally be coming to us in a fatigued state with high fitness levels. Therefore we are not running a pre-season type of program where we are trying to build the players up slowly, but rather looking at how we can maintain their current fitness levels whilst reducing their fatigue levels.
There is also a difference between minutes played between the group over the course of the season and some players who even come to us with small injury’s that we are trying to take care of. The planning is very important!

8 / What do you put in place in terms of recovery and injury prevention as you approach a World Cup, which is the main risk for players?

The players all get a week of rest before they come to us which really helps to freshen up their brains after a long season of training nearly every day and playing multiple games per week. As I spoke about earlier the work we do outside of the training pitch is very important and we try to utilise all the recovery methods that we can.
Nutrition and sleep are the 2 key components and we have tried to optimise these by travelling with 2 chefs who I work closely with to match the nutrition demands to the training and match schedule. We have also worked with Tempur to individualise the matresses that the players will sleep with during our time in Russia.

9 / At 28, you have already known the Premier League, been three times champion with Malmö, discovered the Champions League and now you will discover the World Cup. What can you want in the future?

I have always seen my own development as key. I am just a very small part of the teams success and I can never stop developing my own ways of working and knowledge.

Some other questions in bulk:

Which of the players in the selection did you most impressed with acceleration and speed?

Pione Sisto is very fast in terms of acceleration with a great ability to get away from players in small spaces, his great technical ability’s also help this of course.

Who are the players in the selection who impressed you the most physically?

We have an extremelly athletic group of players, however Yussuf Poulsen from RB Leipzig is a fantastic athlete. He has that rare combination of speed and endurance which is required in football.

Which are the most hard-working selection players on the physical level?

Jonas Knudsen from Ipswich is a monster in terms of work rate!

Laisser un commentaire