Une carrière de footballeur ce n’est jamais une ligne droite toute tracée, mais pleins de rebondissements et de travail acharné pour arriver à ses objectifs. C’est le cas du joueur franco-algérien Walid Abdelali, qui après de nombreuses expériences en France et à l’étranger, a fini par signer en janvier dernier son premier contrat professionnel à 27 ans, au Mikkelin Palloilijat en D2 finlandaise. Une étape dans sa carrière qui lui permet à nouveau de rêver encore plus haut. Il est revenu pour nous sur son parcours et son intégration en Finlande à travers cet entretien :

Bonjour Walid Abdelali, peux-tu nous présenter ton parcours footballistique ?

J’ai joué en jeune du côté du centre de formation de football de Paris de mes 13 ans jusqu’à mes 16 ans. À la fin de ma formation au CFFP, j’ai eu des essais en Angleterre à Crystal Palace, en Italie à Reginna et en France à Auxerre, c’était de bonnes expériences, on me disait que j’étais talentueux, mais ils cherchaient plus costauds physiquement. J’ai donc dû travailler très dur mon physique tout au long de ma formation pour pouvoir répondre aux critères. Ensuite, j’ai évolué en CFA à l’âge de 17 ans à Louhans-Cuiseaux.

Puis je suis parti de la France pour l’Impact de Montréal avec l’équipe des U21. C’était compliqué en France, trop de critères surtout que j’étais bien moins physique qu’aujourd’hui où j’ai beaucoup bossé sur cela. Je me suis dit pourquoi pas tenter mon aventure au Canada, c’est un bon club. J’ai fait un an là-bas, c’était une très bonne expérience et un très bon groupe avec beaucoup de joueurs qui jouent aujourd’hui en MLS. Mais j’ai également eu l’opportunité de m’entrainer avec des joueurs comme Marco Di Vaio ou Alessandro Nesta. C’était très enrichissant pour un jeune comme moi, j’ai beaucoup appris même si je n’ai pas eu l’opportunité de jouer plus haut.

Après ça je suis revenu en Europe en allant en Espagne à Hercules Alicante avec les U23. Une bonne expérience, même la culture du football c’est vraiment autre chose. Et là-bas le physique ce n’est pas dérangeant, ça garde bien le ballon et étant un joueur de ballon ça me convenait bien. Et j’ai fini par rentrer en France pour rejouer chez moi pas loin de ma famille, à Vierzon en N3. J’ai fait la moitié de saison et après un match de Coupe de France, j’ai reçu un appel pour aller faire un essai dans un club de D2 finlandaise. Je me suis dit pourquoi pas, ils m’offraient un contrat professionnel c’est ce que je recherchais et j’en avais enfin l’opportunité.

Comment se passe ton intégration en Finlande, et au sein de l’équipe depuis le début du championnat ?

Je ne connaissais pas du tout la Finlande. Mais on m’en avait parlé en bien, comme quoi c’était assez compétitif avec de bons joueurs et beaucoup d’étrangers. On pourrait croire l’inverse, mais ce n’est pas le cas. Même il y a d’anciens joueurs comme Jari Litmanen, Teemu Tainio que j’admirais beaucoup étant jeune. Là-bas j’ai fait un essai de deux semaines et ça a bien été concluant où j’ai signé mon contrat professionnel en janvier. Je suis arrivé en plein hiver et j’ai joué des matchs de Coupe jusqu’à mars où je portais des collants tellement il faisait froid. Et après y a eu le COVID qui est arrivé.

J’ai pu rentrer en France et en profiter pour beaucoup bosser notamment physiquement pour me préparer à distance afin d’être prêt pour le retour du championnat. Et le début du championnat ça se passe bien je suis titulaire et je joue tous les matchs pour l’instant, on reste sur deux victoires consécutives. Le niveau est assez élevé je ne m’attendais pas à ça, ça pose beaucoup la balle et ça ressemble un peu à l’Espagne là-dessus. Mon objectif c’est d’aller le plus haut possible, c’est vraiment un championnat tremplin pour moi je pense. Je ne veux pas avoir de regret dans ma carrière. J’aimerais finir la saison au club en allant jusqu’à la fin de mon contrat en octobre et pourquoi pas signer ensuite en D1 ici ou ailleurs.

Quelles sont selon-toi tes qualités en tant que milieu défensif ?

Je suis devant la défense moi j’arrive bien à lire les passes et anticiper. J’aime bien aussi avoir la balle, faire le jeu, créer le jeu. On passe souvent par moi, j’aime jouer simple. Notre jeu est de mieux en mieux avec une bonne osmose dans l’équipe, ça se passe bien pour l’instant. On reste sur 2 victoires consécutives dont une où j’ai marqué un but et été élu homme du match et l’autre où j’ai été passeur décisif. Je vais tout faire pour que ça continue. Je continue à bosser dur, on n’a rien sans rien, à travers mes expériences j’ai pu le voir. Étape par étape j’avance.

Le premier but en Finlande de Walid Abdelali. Crédit : 📺 Elisa Viihde Sport
Un des gestes techniques préférentiels de Walid Abdelali, le crochet. Crédit : 📺 Elisa Viihde Sport

Tu as fait beaucoup de pays étrangers durant ta carrière pour le moment, accumulé beaucoup d’expériences et rien lâché pour devenir professionnel, quels conseils pourrais-tu donner à des joueurs voulant le devenir ?

Vraiment croire en soi c’est le plus important. Partir à l’étranger c’est bien, mais le plus important c’est d’avoir du temps de jeu pour faire des saisons pleines et avoir du rythme. Vraiment je conseille de rester dans un club, de prouver, pour ensuite bien partir en attendant le bon moment. Et également de bien savoir s’entourer c’est important.


Un grand merci à Walid Abdelali pour cet échange, nous lui souhaitons une bonne suite de saison qu’on suivra avec intérêt ainsi que de pouvoir atteindre ses objectifs de carrière.

Vous pourrez suivre son aventure en Finlande sur son Instagram !

Sa fiche Transfermarkt

Laisser un commentaire