Pierre-Emile Højbjerg est un ovni dans le football danois. Parti très tôt au Bayern Munich pour parfaire ses classes, le franco-danois a connu un début de carrière teinté de succès et de magnifiques promesses. Deux prêts successifs et un départ outre-Manche n’ont pas altéré les attentes du peuple danois autour de l’enfant prodige. Focus sur un joueur qui ne partira pas en vacances avec son sélectionneur Åge Hareide.

Une enfance franco-danoise 

Pierre-Emile Højbjerg est né le 15 août 1995 à Copenhague. Fils d’un père danois et d’une mère française qui lui permet de maîtriser la langue française, il fait ses classes au sein du BK Skjold tout en grandissant dans le quartier d’Østerbro à Copenhague. Partagé entre les deux nationalités il déclarera plus tard à la Danish Broadcasting Corporation « vouloir être plus danois que français ». Admis à l’académie du FC Copenhague, le jeune danois rejoint finalement l’ennemi Brøndby l’année de ses 14 ans. Après seulement deux ans chez les Drengene Fra Vestegnen, Pierre-Emile est recruté gratuitement par l’un des plus grands clubs du moment, le Bayern Munich.

Premiers pas bavarois 

Alors entraîneur de l’équipe réserve du Bayern, Mehmet Scholl voit en Højbjerg « un joueur impressionnant qui ne restera pas longtemps entre [ses] mains » et bourré « de qualités ». Apparaissant pour la première fois sur le banc du FCB en mars 2013 contre Leverkusen, le franco-danois se lie d’amitié avec les francophones de l’équipe que sont Franck Ribéry et Daniel Van Buyten.

Finalement c’est presque naturellement qu’il connaît sa première apparition, un mois plus tard, sous le maillot bavarois en remplacement de Shaqiri contre Nuremberg. Par la même occasion il bat le record de précocité en match officiel pour un joueur du Bayern Munich détenu par son coéquipier David Alaba. Même si Højbjerg a « du mal à croire que ce qui se passe est vrai », son entraineur, le légendaire Jupp Heynckes ne tarit pas d’éloges sur le natif de Copenhague, en qui il voit « un talent exceptionnel » et à qui il prédit un « grand avenir ».

Malheureusement le rêve du gamin d’Østerbro s’assombrit lorsqu’il apprend que son père souffre d’un cancer de l’estomac à l’été 2013. Bien entouré et soutenu par la famille du Bayern Munich, Pierre-Emile effectue 7 matchs lors de la saison 2013-2014. Son père décédera en avril 2014, soit un mois avant qu’Højbjerg ne joue titulaire sa première finale de coupe d’Allemagne remportée au détriment de Dortmund.

La pression d’être dans le vestiaire d’un des plus grands clubs au monde en plus de la perte de son père ont pesé beaucoup sur Höjbjerg qui a su se relever. Crédit photo : Tobias Selnæs Markussen

Deux prêts à la relance 

Sa première partie de saison 2014-2015 est plutôt bonne, il dispute 8 matchs en Bundesliga et effectuera même 3 apparitions en Ligue des champions à seulement 19 ans. Néanmoins, les dirigeants du Rekordmeister souhaiteront le voir s’aguerrir dans un autre environnement. C’est ainsi  que le franco-danois se retrouve prêté à Augsbourg au mercato d’hiver. Jouant son premier match début février contre Hoffenheim, Højbjerg dispute une première demi-saison pleine, inscrivant son premier but en Bundesliga contre Paderborn d’un magnifique lob. C’est même lui qui met son club sur les rails d’une qualification historique en Europa League, d’une frappe lourde contre le Borussia Mönchengladbach lors de la dernière journée de Bundesliga.

De retour en Bavière a l’été 2015, il n’effectue que quelques semaines de préparation avant de partir en prêt à Gelsenkirchen à la fin du mois d’aout. Cette saison est relativement mitigée pour celui dont l’idole n’est autre que Zinedine Zidane, puisqu’Højbjerg dispute seulement 13 matchs de titulaires en Bundesliga. En Europa League, il formera une paire prometteuse aux côtés de Goretzka avec qui il disputera 5 matchs dans le 11 de départ. Entoure de nombreux jeunes talents comme Max Meyer ou Leroy Sane, le franco-danois revient donc au Bayern sans avoir encore montré l’étendue de son talent au plus haut niveau et avec régularité.

Pierre Emile Højberg aura beaucoup appris sous Guardiola malgré ses deux prêts et son faible temps de jeu au Bayern. Crédit photo : Getty Images.

La surprise des Saints

Finalement son passage en Allemagne est couronné de succès en matière de trophées, Højbjerg remportant 3 championnats d’Allemagne, une coupe nationale et 1 Ligue des Champions, mais le constat est à nuancer quant au jeu et à sa régularité en équipe première. C’est donc à la surprise générale que l’histoire s’achève entre le Bayern Munich est le natif de Copenhague, qui décide de partir outre-Manche, à Southampton, pour pouvoir enfin montrer son réel niveau à l’Europe entière.

Le montant du transfert s’élève à plus de 12 millions de pounds et Højbjerg rejoint les saints « heureux d’avoir autant appris […] dans l’un des plus grands clubs du monde » mais enjoué à l’idée de trouver « un endroit plein de perspectives ». Sous les ordres de Claude Puel, le Danois s’adjuge 14 titularisations pour 8 entrées en jeu pour sa première saison en Premier League. Malgré les louanges concernant son « calme », son « travail » et sa « capacité de frappe », Højbjerg ne participe pas à la finale de Cup perdue par les saints contre Manchester United. La saison de Southampton est finalement plutôt réussie avec une septième place en championnat, une finale de coupe nationale mais une élimination dès les phases de poules d’Europa League dans un groupe plus qu’abordable (Sparta Prague, Ber Sheeva et l’Inter).

La deuxième saison du Franco-Danois sur les bords de la Manche est encore plus compliquée, le nouvel entraineur, Mauricio Pellegrino, ne lui faisant pas confiance, en lui préférant notamment Mario Lemina. Il effectue ses premières minutes (seulement) le 29 octobre contre Brighton et n’effectue sa première titularisation qu’un mois plus tard. À partir du boxing day, la tendance s’inverse et Højbjerg devient un élément quasi incontournable de l’entraineur argentin réalisant notamment un match de master classe (élu homme du match par la BBC) contre Manchester United le 30 décembre 2017. Après le limogeage de Pellegrino début Mars, Mark Hughues le nouveau manager des Saints donne son entière confiance au Danois qui marque même son premier but outre-Manche contre Wigan en FA Cup pour la première du nouveau coach. Finalement Pierre-Emile disputera 24 matchs comme titulaires toutes compétitions confondues dont le match épique du maintien contre Swansea, pour un total de 28 apparitions.

Un rapport houleux avec la sélection

Franco-Danois, Pierre-Emile Højbjerg aurait pu faire partie des futurs talents tricolores. En effet, Willy Sagnol, ex-sélectionneur des bleuets a supervisé plusieurs fois le numéro 23 mais avoue préférer « un joueur dont l’avis est net qu’un joueur qui passe par les sélections françaises et qui, le jour où ça ne l’intéresse plus, s’en va autre part ». Finalement Højbjerg totalise 38 sélections pour 12 buts dans les catégories jeunes danoises qu’il a parcourues des U16 aux espoirs. Il inaugure sa première sélection à seulement 18 ans contre la Suède pour une victoire 1 à 0. Cette même année il sera honoré du titre de « Danish talent of the year » par la Spillerforeningen.

Titulaire lors des premiers matchs de qualification et même buteur contre l’Arménie pour sa troisième sélection, sa réaction à son remplacement contre le Monténégro sonnera le glas de sa présence en sélection. The Nordmann confirme en effet que lors de sa sortie Højbjerg « a clairement montré son insatisfaction après la soixante troisième ». Age Hareide indiqua par la suite qu’il « ne fut pas content » de la réaction de son joueur et lui a rappelé par la même occasion que « l’équipe passe avant tout autre chose ». Exclu des 23 pour la fin des qualifications et pour les barrages, Pierre-Emile Højbjerg apparaîtra dans les 35 pré-retenus pour la Coupe du Monde mais ne partira pas en Russie avec ses coéquipiers.

PE Højbjerg et son sélectionneur Age Hareide, coopération en suspens pour le moment. Crédit photo : Nils Meilvang pour Scanpix Denmark.

Si son avenir en sélection semble pour le moment s’être obscurci, celui en club semble un peu plus dégagé. En effet, après une phase de préparation intéressante (avec près de 300 minutes jouées) Højbjerg s’est assis sur le banc pour les deux premiers matchs de Premier League, Mark Hughues lui préférant  Romeu ou Ward Prowse. Mais face à Leicester, Højbjerg connaît sa première titularisation et malgré son premier carton rouge outre-manche cela ne l’empêche pas de marquer dès la journée d’après contre Crystal Palace sur un contre éclair.

Dote d’une grosse frappe dans un style Box to Box, Pierre-Emile Højbjerg est physiquement apte aux joutes de premier League, habile balle au pied et pourvu d’une excellente qualité de passe ; néanmoins le Franco-Danois doit gagner en régularité afin de devenir un élément incontournable de Southampton cette saison.  


Crédit photo image à la une : Jordan Mansfield/Getty Images Sport

Laisser un commentaire