Certaines histoires, ou plutôt certaines carrières peuvent être insolites, c’est le cas d’un jeune colombien. Bien qu’il soit encore jeune, sa trajectoire est étonnante. Loin du football business, Alfredo Morelos passerait presque inaperçu aux yeux des grosses cylindrées européennes. Et pourtant ce jeune homme plein de talent a conquis la Finlande et sa capital Helsinki. Le HJK, l’ogre finlandais peut être fière d’avoir dégoté cet espoir sud américain, loin, très loin des lacs gelés d’Europe du nord.

Avec amabilité Morelos a répondu à nos questions. Son récit, ses objectifs, et nous donne goût à la vie du nord, à la culture finlandaise entre Scandinavie et Europe de l’est qu’il a découvert cette année. Voyons voir ce qu’il en pense tout de suite !

 

Salut Alfredo ! Dans un premier temps, peux tu te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour, je suis Alfredo Morelos, joueur du HJK Helsinki, et j’aimerais saluer tes lecteurs !

 

Tout petit tu joues au football, qu’est ce qui t’as poussé à devenir professionnel ?

Avant tout, ma famille m’a poussé à aller de l’avant, alors que le football a toujours été ma passion. Ce fut le plus important au moment de partir pour devenir joueur de football professionnel.

Evidemment, j’aime beaucoup Carlos Bacca, Radamel Falcao ainsi que Teo Gutierrez qui sont, comme moi, des attaquants. Je regarde souvent les mouvements et les buts de ces joueurs.

Je voudrais jouer dans le championnat français,  pour son football de haut niveau. »

Atterrir en Finlande pour un sud américain c’est improbable, comment est tu arrivés à

Helsinki ?

Je ne possédais pas beaucoup d’expérience en Colombie, et mon agent m’a fait part de cette possibilité. Malgré le fait que la Finlande ne soit pas un championnat très connu, je l’ai vu comme une opportunité de me montrer aux autres ligues européennes.

Au début, c’était très compliqué, principalement au niveau de la langue, mais je m’adapte petit à petit à mon équipe et mes coéquipiers.

 

La culture entre les deux pays est très différente, comment t’es tu adaptés au mode de vie

finlandais ? Et est ce que ce mode de vie te plaît  ?

Comme je te l’ai dit, au début, c’était très difficile, par exemple par rapport à la nourriture. Mais heureusement, il y a ici beaucoup de magasins vendant des produits provenant de Colombie, même si la nourriture dans ce pays est très saine, avec beaucoup de saumon et de légumes, et je me suis habitué à cela.

L’hiver fut très rude à mon arrivée, mais je me suis depuis bien acclimaté à la culture. J’aime beaucoup les habitants, qui sont très respectueux et calmes. C’est un magnifique pays, où la nature est omniprésente. Helsinki, particulièrement, possède une très belle architecture, et, comme je te le disais auparavant, la nourriture est très bonne et saine.

 

Comment juges tu le football finlandais, peut médiatiser hors du pays ?

Je pense que le football finlandais est avant tout une affaire de contact physique, très rapide et très agressif dans le bon sens du terme.

Cpkjg--XEAAsrOy
Morelos pendant le derby contre HIFK. | ©Jussi Eskola

Avec HJK, l’Europe est un objectif. Jusqu’où penses tu aller avec HJK cette année, quels

sont t’es objectifs personnelles en Europa Leauge ?

C’est clair que c’est un objectif, pourvu que l’on puisse rejoindre la phase de groupes ! C’est notre objectif. Sur un point de vue personnel, j’aimerais marquer à tous les matches pour me montrer sur la scène européenne.

(Malheureusement Morelos et HJK allait se faire éliminer par l’IFK Göteborg, peut de temps après cette discussion)  

 

Dans quelques années, quels seraient le ou les pays où tu voudrais jouer, et pourquoi ?

Je voudrais jouer dans les meilleurs championnats. L’Allemagne, car c’est un championnat très compétitif. La France, pour son football de haut niveau. L’Italie pour ses clubs mythiques, alors qu’en Espagne, on retrouve les plus grands clubs européens.

 

As tu un mot à transmettre à nos lecteurs ?

Merci beaucoup à tous les lecteurs de Nordisk Football de me suivre, et de lire cette interview.

 

Je remercie bien évidement Alfredo Morelos pour sa disponibilité et nos échanges. Mais aussi à @dansla_lucarne qui m’a aidé à réalisé cet entretien.


Image à la Une: ©Juha Tamminen

Laisser un commentaire